****************************

La lutte contre l'austérité et les hydrocarbures
Il faut une escalade jusqu'à un deux avril massif


Belgique - grève


En ce soir du 25 mars, selon le compteur de Printemps 2015, « 60 associations étudiantes, représentant près de 50 000 étudiant-es sur dix campus, sont présentement en grève générale reconductible ou détiennent un mandat de grève générale reconductible. À ce jour, près de 80 000 étudiant-es seront en grève le 2 Avril pour la «Manifestation nationale – Nos acquis valent plus que leurs profits! Près de 145 000 étudiant-es seront consulté-es sur le recours à la grève générale. » N'a pas tardé la réponse répressive contre les dirigeants, jusqu'à l'expulsion, tout comme contre les militantes de la rue. Réponse : L'Université du Québec à Rimouski vient de se prononcer en faveur de la grève le 2 avril prochain tout comme le cégep de Jonquière, la faculté des sciences (oui, oui, des sciences) de l'université de Sherbrooke, le cégep de Granby, la faculté d'Éducation de l'Université de Sherbrooke et l'Université du Québec à Rimouski. Hors de l'Île de Montréal et de l'Université Laval, ça bouge... même s'il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Peu importe que l'on estime le timing prématuré ou non, la bataille est bel et bien engagée.


Pour lire le texte complet :
Il faut une escalade jusqu'à un deux avril massif -- ESSF

****************************

Photos de la manifestation étudiante du 21 mars
Le début du commencement d'un nouveau printemps érable?

Outlook

Album de photos à
https://plus.google.com/photos/116366727671854200972/albums/6128868617401548897

Environ cinq mille étudiantes, dont un contingent dynamique du Cégep du Vieux Montréal, ont marché dans les rues du centre-ville de Montréal ce samedi après-midi. C'est un début qui engage bien la suite des choses sans toutefois briser de records. Brillaient par leur absence des contingents syndicaux, de groupes populaires et de Québec solidaire. Il était facile de constater que les marcheuses étaient massivement des jeunes. Est-ce parce que cette manifestation était organisée par Printemps 2015, une organisation ad hoc sur la gauche de l'ASSÉ qui l'appuyait? C'est ce qu'on appelle manquer une bonne occasion d'envoyer un message clair de rejet de l'austérité et des hydrocarbures. Mais il y aura les samedis suivants avec départ à la même heure et au même endroit.


Pour lire le texte complet :
Le début du commencement d'un nouveau printemps érable

****************************

En marge du piteux résultat électoral dans Richelieu
Il y a quelque chose qui cloche à Québec solidaire

Femmes et QS 08-mars-2015 14-10-52

Québec solidaire a été le grand perdant de l'élection partielle dans le comté de Richelieu dont près des deux tiers de la population habitent la ville industrielle de Sorel-Tracy de tradition souverainiste et syndicale. Le parti perd près de la moitié de son score en pourcentage par rapport à 2014 tombant au niveau de ses scores de 2007 et 2008. La CAQ, le grand gagnant, retrouve son score relatif de 2012 (et celui de l'ADQ en 2007). Le Parti libéral, malgré sa dure politique d'austérité, maintient son score de 2014 (et de 2007), et même améliore celui de 2012 suite au Printemps érable, quoique il ne retrouve pas celui de 2008. Dans ce comté péquiste depuis 1994, le PQ maintient, à trois points de pourcentage près, son score relatif de 2012 (et de 2007), sans retrouver ceux des autres élections depuis 1994, et ce malgré une absence de chef et un scepticisme causé par le départ précipité de l'ex-députée ex-ministre.


Pour lire le texte complet :
En marge du piteux résultat électoral dans Richelieu bis

****************************

Manifestation des femmes contre l'austérité

Grève générale et Libéraux 08-mars-2015 14-17-08


Photos à https://plus.google.com/photos/116366727671854200972/albums/6123974243750579313

Si les femmes de Toronto ont été quelques milliers à manifester unitairement ce 7 mars, celles de Montréal l'ont fait en ordre dispersé. La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) a fait bande à part le 7 mars avec moins d'une centaine de personnes. Le huit mars en avant-midi, près de 200 manifestantes, à l'initiative de la Marche des femmes en collaboration avec Greenpeace, se sont regroupées face à la raffinerie de Suncor de Montréal-est pour démontrer leur refus que cette compagnie se mette bientôt à raffiner du pétrole bitumineux apporté par le gazoduc d'Enbridge qui sera transformé en oléoduc après son inversion en juin prochain. Heureuse initiative certes qui fait un lien inattendu, très remarqué par les médias, mais qui fait aussi bande à part. Finalement, plusieurs centaines de personnes, probablement un millier, à l'invitation entre autres de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) et de Québec solidaire, ont participé à la manifestation annuelle des Femmes de diverses origines dont la thématique principale était la dénonciation de l'austérité conservatrice-libérale. D'autres manifestations semblables ont eu lieu ailleurs au Québec.


Pour lire le texte complet :
Manifestation des femmes contre l'austérité


****************************

Coalition Refusons l'austérité
La locomotive étudiante laissera-t-elle le convoi syndical en gare?

Occupons Montréal


[Ce texte complète « De la souveraineté de l'assemblée générale à la ''grève sociale'' en passant par la ''grève inversée'' » se trouvant sur mon site Internet]

La locomotive étudiante s'ébranle pour peut-être le premier jour du printemps, assurément pour une grande manifestation avec grève étudiante d'ampleur indéterminé d'au moins 24 heures le deux avril. Non seulement le mouvement syndical, partenaire du mouvement étudiant au sein de la grande coalition « Refusons l'austérité », ignore-t-il l'échéance d'avril mais il ne s'enligne pas pour au moins une journée de grève nationale au moins du secteur public pour le premier mai... alors que la population universitaire aura terminé sa session d'hiver-printemps et que celle cégépienne vivra le stress de la fin de session. Tant à l'assemblée des mille de Refusons l'austérité du 12 février à Québec qu'à l'assemblée générale spéciale du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN (CCMM-CSN) du 18 février en passant par le conseil fédéral de la Fédération de la santé et des services sociaux de la CSN de 10 et 11 février (FSSS-CSN), maints participantes ont manifesté à divers degrés une impatience sinon une frustration vis-à-vis le refus d'organiser au moins une journée de grève nationale avant l'été, même pas une réédition de la grande manifestation de la fin novembre 2014.


Pour lire le texte complet :
La locomotive étudiante