Québec solidaire

****************************


 Cible Solidaire de moins deux tiers de GES en 2030 comparé à 1990
Cible scientifique pour le Canada, plus facile pour le Québec
conducteur_intelligent

Plusieurs « experts » objectent que la cible Solidaire est trop élevé pour le Québec lequel ne peut avoir recours à l’élimination « facile » du charbon et de l’extraction du pétrole. La cible anti-GES pour laquelle a voté le congrès Solidaire de mai 2016, soit une réduction des deux tiers en 2030 par rapport à 1990 provient de Climate Action Tracker (CAT) qui a calculé des cibles pour les États seulement. CAT est un consortium de recherche germano-néerlandais dont les évaluations des plans nationaux inadéquats liés à l’Accord de Paris sur le climat font autorité et sont souvent citées. Plusieurs dizaines de ses analystes sont des scientifiques faisant partie du GIEC.

Pour lire le texte complet :
Cible scientifique pour le Canada, plus facile pour le Québec


****************************


Gaz sarin contre les civils et riposte étasunienne par missiles
Le Bloc québécois dans le collimateur pro-Assad

Syrie et solidarité du Québec

Le chercheur du CERIUM, sur lequel s’appuie l’Aut’Journal pour soutenir le Bloc, emploie le truc habituel des campistes soit justement de réduire le conflit syrien à l’affrontement géopolitique entre deux camps tout en ignorant le « camp » populaire issu de la révolution de 2011. S’y ajoute ici la légitimation du gouvernement Assad comme « l’État syrien » apte à écraser les djihadistes si l’impérialisme, réduit au camp étasunien et de ses alliés ce qui commodément exclue la Russie, ne les soutenait pas. Bien entendu, le régime Assad est une victime des « scénarios chimiques » et non son responsable.


Pour lire le texte complet :

Le Bloc québécois dans le collimateur pro-Assad


****************************


Amir Khadir pour transformer le St-Hubert fermé en coop de travail
D’accord, mais pourquoi ignorer la radicalité du programme ?

fermeture-de-la-rotisserie-saint-hubert-845441

Le député Solidaire Amir Khadir s’oppose à la fermeture du restaurant St-Hubert de sa circonscription par son nouveau propriétaire ontarien. Il « 
se réjouit que les 75 employés qui sont affectés ont signalé, à forte majorité, leur intérêt de former une coopérative de travail qui reprendrait la gestion du restaurant. » Selon lui « [l]e gouvernement doit appuyer la démarche des employés... ». Il dénonce le silence des propriétaires à cette demande. Fort bien. Mais pourquoi en rester à ce vœu pieux ? Le député est parfaitement au courant que ces employées sans le sou n’y arriveront pas même si le propriétaire était consentant à vendre.


Pour lire le texte complet :

Amir Khadir pour transformer le St-Hubert fermé en coop de travail

****************************


Le premier message de Gabriel Nadeau-Dubois aux Solidaires
Oups ! Excusez, c’était un message pour « nous », le PQ

Bonnets roses

En après-midi du 27 mars, comme tous les membres de Québec solidaire, je recevais le premier message de Gabriel Nadeau-Dubois (GND) — voir annexe — comme s’il était un porte-parole du parti alors qu’il n’est que candidat dans Gouin. Mais pourquoi embarrasser la direction de notre parti dans le formalisme électoral alors que tout et chacun s’est rendu compte que depuis belle lurette les élections internes deviennent de plus en plus formelles pour la plupart des postes y compris dorénavant pour ceux de porte-parole. Ainsi va la dynamique du consensus dans lequel se drape un verticalisme de gauche. Chat démocratique, chat bureaucratique, pourvu qu’il attrape la souris. Laquelle justement ? Le congrès de mai dernier indiquait qu’elle était l’ensemble des partis néolibéraux. GND nous apprend que c’est plutôt les Libéraux tout court.


Pour lire le texte complet :
Le premier message de Gabriel Nadeau-Dubois aux Solidaires

****************************


Fermeture de l’usine Mondelez et suppression de Ste-Marie-St-Jacques
L’identitaire vise-t-il à évacuer la solidarité prolétarienne ?

FTQ - travailleurs

Il y a moins de deux mois, la même transnationale fermait à Montréal son usine de taille semblable. Le congrès de la FTQ, réuni au moment de l’annonce de fermeture, pressa le « 
Bureau de direction de la FTQ pour qu’il envisage aussi rapidement que possible de lancer une campagne de boycottage des produits Mondelez, dont les biscuits Oreo, Ritz, Fins au blé, LU et Premium Plus. » Puis ce fut cries d’orfraie et chemises déchirées. Mais les deux syndicats concernés, affiliés à la FTQ, se contentèrent de vagues déclarations sans suite. Québec solidaire, après le PQ, plaida pour une coopérative sans réclamer une expropriation sans compensation comme l’exige son programme. L’éditorialiste du Devoir appela à l’ordre libre-échangiste. Puis plus rien.


Pour lire le texte complet :
De Mondelez à Ste-Marie-St-Jacques

****************************


La subite démission de Françoise David
Le cul-de-sac d’un échec stratégique

Solidaire et en colère

Françoise David est la principale figure emblématique de la sortie de la marginalité de la gauche politique québécoise. Elle a aussi été celle du renouveau québécois et jusqu’à un certain point de celui mondial du mouvement des femmes dans les années 1990. Il faut rendre à César, ou plutôt à Cléopâtre, ce qui lui revient. Cependant, si on retourne la médaille on constate qu’elle s’est servie de sa notoriété léguée par la Marche mondiale des femmes pour construire autour d’elle une organisation politique, qui ne fut jamais un parti, afin de faire une OPA amicale sur le parti politique de la gauche québécoise trop radical à son goût.

Pour lire le texte complet :
La subite démission de Françoise David

****************************


La guerre en Syrie et le campisme
Choisir son camp, celui du peuple combattant toujours debout

lendemain-de-debat-des-chefs-en-syrie

Le 15 janvier dernier, j’ai envoyé la référence à deux articles analysant la complexité des enjeux syrien et irakien. Évidemment ces analyses concrètes de la situation concrète se dissociaient tout à fait de l’idéologique « campiste » de la situation syrienne qui ne voit dans la complexité que le simplisme binaire de l’affrontement entre deux camps. Soit « l’anti-impérialiste » régime Assad et ses alliés versus le djihadisme soutenu par l’impérialisme réduit de facto à l’impérialisme étasunien, ses alliés de l’OTAN et ses sous-fifres du monde arabo-musulman. Soit les campistes pacifistes qui rejettent les deux camps dos à dos. Les uns et les autres en arrivent au même point aveugle : l’inexistence ou la disparition du « camp » démocratique-révolutionnaire issu du soulèvement du « printemps arabe » de 2011.


Pour lire le texte complet :
Syrie et campisme

****************************


À quand la plate-forme Solidaire après l’hypocrite clarté du PQ


Québec solidaire -- écologie
Le PQ vient de faire connaître sa plate-forme électorale pour l’élection de l’automne 2018 dite « proposition principale » quitte à la réajuster dans huit mois. Enraciner le mensonge et l’hypocrisie est en effet long et compliqué.


Pour lire le texte complet :

Proposition principale et plate-forme

****************************


La fermeture de la biscuiterie de Mondalez (bis)

Le Devoir aux prolétaires : Crevez !


Usine occupée

Ce vide laisse toute la place au PQ, qui a su réagir à temps, avec sa solution non viable ce dont le rusé et cynique chef péquiste est parfaitement conscient. Il ne faut pas alors se surprendre qu’un prolétariat désespéré se jette dans les bras d’un Rambo Gauthier, sorte de Trump prolétarien. Il ne faut pas non plus s’étonner que ces milliers de personnes politisées qui ont participé aux consultations de Faut-qu’on-se-parle en aient ras-le-bol des partis politiques en faveur de moyens de démocratie directe et participative. Mais gare aux éternelles consultations sans droit de décision qui servent de plate-forme de lancement à des carrières dans des moules sclérosés.


Pour lire le texte complet :
La fermeture de la biscuiterie de Mondalez (bis)

****************************


Fermeture de Mondelez envoyant à la rue près de 500 travailleurs
Le programme Solidaire dit : expropriation sans compensation

screamdelez

Comme le dit le programme, on s’attend à ce que le parti réclame l’expropriation sans indemnité de l’usine et que l’État offre aux syndicats concernés ou à un groupe intéressé de travailleurs de la transformer en coopérative avec évidemment un soutien financier et technique de la CDPQ, ce qui d’ailleurs est prévu à cet égard dans la plate-forme 2014. Si la CDPQ s’estime compétente pour construire et gérer un réseau sophistiqué de trains de banlieue pour 6 milliards $, elle devrait être en mesure de soutenir une usine de biscuits.


Pour lire le texte complet :
Fermeture de Mondelez envoyant à la rue près de 500 travailleurs

****************************



En marge de la COP22 de Marrakech sous l’ombre de Trump
Faut-il sauver ou rejeter l’Accord de Paris ? Sinon quoi ? [...]

Alternatiba


Pense-t-on que Trump ira à l’encontre des intérêts des transnationales unies, grandes pétrolières comprises, et du capital financier pour satisfaire les compagnies charbonnières étasuniennes, au plus des entreprises nationales sinon régionales en perte de vitesse face à la concurrence du gaz de schiste, pour satisfaire une partie de sa base électorale ? Hitler n’est pas lésé les intérêts des trust allemands vite ralliés à son régime au point de leur sacrifier ses troupes de choc, les SA, le fer de lance de son national-socialisme dans la rue. Trump, s’il le veut, aura le rapport de forces pour « inciter » les transnationales qui le redoutent quelque peu à créer des emplois dans les zones concernées par exemple pour des manufactures d’inputs nécessaires aux infrastructures, d’armements et même de composantes pour l’énergie renouvelable et les autos électriques.


Pour lire le texte complet :
Faut-il sauver l'Accord de Paris 
 

****************************


Québec solidaire s’englue dans un débat stérile concernant le PQ
Alors que l’Accord de Paris ratifié menace l’humanité

feu_banque

« ‘‘Nous avons fait en neuf mois ce qui avait pris huit ans pour le protocole de Kyoto’’, s’est réjouie jeudi la présidente de la 21e Conférence des parties (COP21) et ministre française Ségolène Royal [… soit de] maintenir l’augmentation de la température ‘‘bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels’’, tout en promettant de ‘‘poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 °C’’ ». Rien de tel de rétorquer ce jeudi-ci le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) qui constate que « que les objectifs volontaires établis par les États signifient que le monde se dirige d’ici 2100 vers des températures de +2,9 à +3,4 °C, ce qui serait synonyme d’impacts dévastateurs. »


Pour lire le texte complet :
Alors que l'Accord de Paris ratifié menace l'humanité

****************************


Les conditions idéales du capitalisme vert à la québécoise
Électrification à bon marché des transports pour Québec Inc.

Longue banderole sables bitumineux

Cet essai vise à faire une critique du capitalisme vert réellement existant à partir du cas québécois, soit le véhicule hydroélectrique et le Réseau électrique métropolitain (REM) qu’encadre le marché du carbone, dans le contexte canadien et mondial. Cette critique est située dans le conjoncture et dégage une proposition d’alternative et un plan d’action.


Pour lire le texte complet :
Électrification à bon marché des transports pour Québec Inc.

****************************

Centralité de la lutte climatique au Québec et au Canada
Mais l’alternative aux hydrocarbures reste le parent pauvre

Pétrole et feuille d'érable


Ce printemps, les plus impo
rtants partis se réclamant de la gauche tant au Québec qu’au Canada ont tenu leurs congrès. Ni la direction du NPD ni celle de Québec solidaire n’avaient souhaité que la question climatique, en mode radical, se pointe au rendez-vous. Les membres de ces partis en ont jugé autrement. Si le débat au congrès d’Edmonton en avril, centré sur la question des oléoducs charriant du pétrole bitumineux, a connu une résonance médiatique inattendue, celui au congrès de Montréal à la fin mai, centré sur les cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES) et sur les marché/taxe carbone, a subi un enterrement médiatique de première classe allant des monopoles médiatiques à la presse internet de la gauche Solidaire. En découle que la tâche première de l’heure de la gauche radicale et anticapitaliste consiste à « faire sauter le verrou médiatique » au Québec et à l’orienter au Canada vers l’alternative au pétrole bitumineux.


Pour lire le texte complet :
Centralité de la lutte climatique au Québec et au Canada

****************************


Climat Québec 2030 de Martine Ouellet
Le bon arrimage avec l’indépendance mais sans crédibilité

QS - Bien commun à préserver

Comme on le sait, des candidatures déclarées ou présumées à la chefferie du PQ, Martine Ouellet est la seule indépendantiste réellement existante de par son parti pris pour un référendum dans le premier mandat. Ce qu’on sait moins c’est que son équipe réalise qu’un référendum à froid, sans modification des rapports de forces, va dans le mur. D’où le plan Climat Québec 2030 qui crée un lien consubstantiel entre indépendance, développement économique, écologie et justice sociale :
« La vision d’un Québec indépendant doit reposer sur quatre piliers : la justice sociale, le développement économique intelligent [car avenir économique et avenir environnemental vont de pair], la protection des écosystèmes et le renforcement des communautés. »


Pour lire le texte complet :

Climat Québec 20301 de Martine Ouellet

****************************


Après la défaite du Front commun, dissidence comprise
Le mouvement du 15$ prend un relais tombé par terre

Salire minimum à 15 dollars

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) a finalement ratifié l’entente dite bonifiée malgré son rejet par une poignée de syndicats locaux dont ceux du Centre hospitalier de l’université de Montréal (CHUM) et des Centres de santé et des services sociaux des cités de Laval et de Gatineau, souvent avec une forte majorité. Faut-il préciser que c’est là une défaite n’en déplaise aux directions syndicales qui font passer les reculs tactiques gouvernementaux pour une victoire syndicale tout en cachant l’absence de tout rattrapage salarial — ce sera tout juste si les hausses seront à la hauteur de l’inflation — et surtout de toute remise en cause de l’austérité et de la privatisation. Par leur très petit nombre de participantes des secteurs publics syndicaux et du communautaire, les manifestations de la Coalition mains rouges du 29 avril tout comme celles du premier mai témoignent de l’effondrement subséquent de la mobilisation malgré l’éclat des brèves occupations de banques par de petits commandos. C’est le moment plus ou moins choisi pour ce qui pourrait être un décollage au Québec de la lutte pour le salaire minimum à 15$ l’heure.


Pour lire le texte complet :
Le mouvement du 15$ prend un relais tombé par terre

****************************


La défaite de la dissidence FSSS et FAE du Front commun
Le grand reniement tous azimuts
Femmes contre l'austérité

S’annonce une très probable défaite presque sans combat du Front commun malgré une dissidence de sa plus importante fédération, celle des travailleuses non professionnelles de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN représentant 110 000 personnes dont 80% sont des femmes), et celle représentant le tiers des professeures du primaire et du secondaire hors Front commun (FAE, 34 000 personnes, 75% femmes). Reste la ratification par les syndicats de base de la dissidence. Elle semble aller de soi depuis que, suite à l’absence de mobilisation depuis quatre mois, s’est installée l’idée que la riposte est devenue impossible d’où la peur d’un mauvais décret.


Pour lire le texte complet :

Le grand reniement tous azimuts

****************************


Quel débat prioritaire pour le congrès de Québec solidaire ?
Des cibles GES pour atteindre le plein emploi écologique

justice climatique et migratoire

Dans sa lettre au Premier ministre du Canada à la veille de la conférence de Vancouver des premiers ministres pour une entente pan-canadienne sur le climat, le Council of Canadians souligne que lors de la Conférence climatique de Paris « [l]e Canada a été un des premiers à vouloir limiter la hausse de la température mondiale à 1.5 degrés Celsius au dessus du niveau pré-industriel », cet objectif à s’efforcer d’atteindre étant sans doute le seul apport positif de cette conférence. Sauf que les résultats tangibles de la conférence de Vancouver montre encore une fois qu’en cette matière il y a loin de la coupe aux lèvres n’en déplaise au dirigeant d’Équiterre, le grand allié du Conseil du patronat au sein de SWITCH et le grand soutien des Libéraux fédéraux et québécois au sein du mouvement environnemental.


Pour lire le texte complet :
Des cibles GES pour atteindre le plein emploi écologique

****************************


La crise des réfugiés et des guerres de Syrie
Le cancer moral et politique de la gauche québécoise

Où est la solidarité du Québec

Sans compter les centaines de milliers de morts, blessés et torturés générés par les guerres syriennes, sur une population totale de 22 millions, près de huit millions de personnes dont des réfugiés intérieurs et près de cinq millions ont quitté le pays. C’est donc dire que plus de la moitié de la population a fui la guerre. Et ça continue de plus belle. La pression conjointe des bombardements et de la vie lugubre des camps a créé une vague sans précédent d’exode vers l’Europe occidentale, surtout vers l’Allemagne et la Suède, ce qui fait sauter sa politique d’accueil au compte-goutte et élever des murs de la honte. Il n’en demeure pas moins que ce sont les zones relativement hors guerre en Syrie même et certains pays limitrophes, particulièrement la Turquie, le Liban et la Jordanie, qui portent et de très loin le fardeau de l’accueil sans la contribution monétaire nécessaire par la prétendue communauté internationale... et pendant qu’un enfant sur neuf dans le monde habite une zone de conflit.


Pour lire le texte complet :
Le cancer moral et politique de la gauche québécoise

****************************


Rejet partiel mais large de l’entente Front commun — gouvernement
Place à la remobilisation, à la démocratisation... et à la gauche

Contre attaquons

Les votes des assemblées syndicales et des référendums reflètent jusqu’ici soit le rejet soit la confirmation de l’entente entre le Front commun et le gouvernement québécois du 17 décembre par les délégations des diverses fédérations syndicales avant Noël. À la Fédération de la santé et des services sociaux de la Confédération des syndicats nationaux (FSSS-CSN), regroupant la large majorité des travailleuses de ces secteurs hors infirmières et hors professionnelles, soit 110 000 des 400 000 membres du Front commun sur 550 000 employés de l’État pour une population québécoise totale de 8.25 millions, tout comme à la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), petite centrale hors Front commun regroupant le tiers des enseignantes du primaire et du secondaire, soit 33 000 membres, le rejet est massif.


Pour lire le texte complet :
Le_rejet

****************************

Des Oscars à l’oléoduc en passant par la forêt boréale et l’immigration
La question nationale resurgit tel « Le revenant »
Migrante

L’acteur Roy Dupuis n’y va pas de main morte à propos de la peinture des Canadiens français dans le film « The Revenant » gagnant de trois Golden Globes et mis en nomination pour 12 Oscars :« 
On les voit à peine pendant le film, mais quand on les voit, c’est pour les montrer comme d’affreux barbares. C’est les Canadiens français qui violent, qui pendent et qui possèdent les esclaves sexuelles. » Du firmament hollywoodien au sous-sol canadien, nouveau coup en bas de la ceinture : Le porte-étendard central de la finance canadienne se déchaîne contre le rejet de l’oléoduc Énergie est par la Communauté urbaine de Montréal au nom de l’unité pendant que son pendant pétrolier de l’Ouest recourt au chantage de la péréquation auquel le gouvernement québécois avait déjà cédé avant de tenter de se reprendre.


Pour lire le texte complet :
La question nationale -- « Le revenant »

****************************


Que faire après la Conférence de Paris sur le climat ?
Une nouvelle stratégie pour une nouvelle économie

Aux arbres citoyens

Plus l’analyse de l’accord de la Conférence de Paris sur le climat (COP-21) s’approfondit, plus il devient évident que les peuples du monde se sont fait passer un Québec. Les pays du vieil impérialisme ont tendu la main aux pays les plus menacés, en particulier aux micro-pays insulaires, pour se donner comme objectif de tendre à ne pas dépasser 1.5 degré Celsius comme hausse de la température terrestre moyenne. Il n’en fallait pas plus pour créer mille illusions... et mettre la Chine et l’Inde au pied du mur tout en l’isolant de ses alliés tiers-mondistes. Une telle exigence braquera le projecteur sur le rattrapage économique des deux pays les plus peuplés du monde dans le cadre du paradigme néolibéral tout en dispensant le vieil impérialisme de leur venir en aide. Cette poussée exige une forte consommation de charbon, la moins chère des sources d’énergie, alors que la responsabilité historique du marasme climatique ne leur revient nullement.


Pour lire le texte complet :
Une nouvelle stratégie pour une nouvelle économie

****************************


L’opposition à l’accord entre le gouvernement et le Front commun
Mobiliser à fond ou rester sur la clôture du post-mortem

Banderole Mains rouges 2


Suite au rejet de l’entente pourrie entre la direction du Front commun et le gouvernement par plus des deux tiers des déléguées de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) de la CSN, la plus importante composante du Front commun, le 22 décembre dernier, au même moment où la direction de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) représentant le tiers des enseignantes du primaire-secondaire faisait de même, il est devenu impossible pour qui se dit de gauche de ne pas la rejeter et la dénoncer. Pourtant la direction de Québec solidaire s’y refuse encore. Il a même fallu attendre le 12 janvier pour que la principale composante de l’aile gauche Solidaire, dont l’organe est Presse-toi-à-gauche, s’y résigne... mais est-ce vraiment le cas ?


Pour lire le texte complet :
Mobiliser à fond ou rester sur la clôture du post-mortem

****************************


Contre l’entente pourrie, la gauche syndicale enfin se mobilise
Lutte commune organise une campagne « Non à l’entente »

Appel de la jeune révolutionnaire

Les grands médias minimisent le refus de l’entente par les déléguées de la FSSS et par la direction de la FAE tout en soulignant les déclarations de la CSN et de la CSQ affirmant que son acceptation n’aurait rien à voir avec la lutte contre l’austérité. Même les médias de gauche, au 8 janvier, gardent le silence (L’Aut’Journal) ou même penchent du côté de la direction du Front commun (Presse-toi-à-gauche). Quant à Québec solidaire, y compris sa gauche syndicale, c’est motus et bouche cousue. Heureusement, les résistants, représentant environ un bon tiers sinon davantage du secteur public et parapublic québécois si on inclut les quatre syndicats de la FSE-CSQ ayant dit non dont ceux de Québec et Sherbrooke et une imprécise dissidence à la FNEEQ peuvent compter sur la gauche syndicale organisée dans Lutte commune.


Pour lire le texte complet :
La gauche syndicale enfin se mobilise et s'organise

****************************


Front commun, entente pourrie et lutte anti-austérité
À la gauche Solidaire de se grouiller le cul, maintenant

Passion et compression 09-12-2015 13-01-02

Comme on l’apprenait juste avant Noël, les déléguées de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) de la CSN, toutes catégories confondues y compris les infirmières de la FSSS contrairement à ce que Radio-Canada laissait comprendre, ont rejeté environ aux deux tiers l’entente négociée entre le Front commun et le gouvernement. On peut parier que les fondements de ce refus sont les bas salaires majoritairement des femmes et leurs conditions exécrables de travail. Même la direction de la FSSS ne recommandait pas de la ratifier malgré l’insistance de la direction de la CSN lors de la réunion. Hors Front commun, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) recommande aussi le rejet d’une proposition similaire. Et l’APTS, regroupant les techniciennes et professionnelles de la santé, reste insatisfaite de ce que lui propose le gouvernement au niveau sectoriel. Rien n’est donc joué. Environ le tiers des syndiquées du secteur public ne suit pas la cadence des directions syndicales à la remorque du gouvernement. Qui dit que les syndiquées des autres fédérations, constatant ce début de rébellion, ne s’y joindront pas.


Pour lire le texte complet :
À la gauche Solidaire de se grouiller le cul, maintenant

****************************


 À la veille d'une grève générale marquant un saut qualitatif
Le grand coup fourré de la haute direction du Front commun

La dictature démocratique 17-11-2015 12-12-47

Ça y est, la collusion du gouvernement Couillard et de la haute direction du Front commun vient de rentrer dans le corps d'une mobilisation naissante. Après le ratage du Printemps 2015, la mobilisation commençait à décoller et allait vers un saut qualitatif lors de la grève générale déjà votée pour les trois premiers jours de décembre. Pour ce faire, invitée par la partie patronale qui a bougé d'un demi-pas, la tête de la bureaucratie syndicale a fait un tarabiscoté salto arrière jetant de la poudre aux yeux dans ses propres rangs, ajoutant à la démobilisation de l'annulation de la grève générale, sans bien sûr l'accord d'aucune assemblée générale locale, régionale ou nationale, le tout en bombant le torse. Comme coup fourré, on ne fait pas mieux. Tout en s'insultant publiquement, les deux compères doivent trinquer derrière des portes closes... tout en craignant quelque peu la réaction de la base syndicale.

Pour lire le
texte complet :
Flottement du front commun

****************************

Radier les cibles du GIEC du programme Solidaire ou les diminuer
Une capitulation anti science vers la catastrophe climatique

Monsieur au large sourire  24-09-2011 14-24-03

Les partisans soit de la radiation des cibles du GIEC du programme Solidaire (Gouin) en faveur de belles phrases loin de tout engagement concret soit de leur diminution (
Capitale-nationale) invoquent la proximité de l'échéance 2020 qui les rendrait irréalisables. D'autres, pour gagner du temps, avancent que les décisions du prochain Conseil national portent non pas sur le contenu des propositions mais uniquement sur les sujets que le congrès du printemps devra prioritairement prendre en considération d'où son caractère « technique » et non pas politique... ce qui en plus justifierait de ne pas tenir de préparatoire assemblée générale des membres. Comme si pour la préparation d'un repas, le menu serait sans importance.


Pour lire le
texte complet :
Une capitulation anti scientifique vers la catastrophe

****************************


Processus de révision du programme de Québec solidaire
Forte pression pour le ralliement au marché du carbone

Des mêmes attaques - les mêmes luttes 02-04-2015 14-18-26


À sa « réunion extraordinaire tenue le 21 septembre 2014 », le Comité de coordination nationale a mandaté « la Commission politique d’effectuer la mise à jour du programme sur la question de l'environnement, plus particulièrement le point sur la lutte aux changements climatiques. » Cette pression s'est muée en deux des quatre demandes prioritaires de révision du programme dont la liste sera établie au Conseil national de la fin novembre en vue d'une décision finale au congrès du printemps prochain. Pour bien se faire comprendre, la circonscription électorale de la porte-parole députée réclame d'éliminer tout objectif quantitatif pour la réduction des gaz à effet de serre (GES). En ce qui concerne le marché du carbone dont le Québec est à l'avant-garde, deux instances, l'une régionale l'autre universitaire, réclament soit d'en rediscuter ou carrément de l'accepter.


Pour lire le
texte complet :
Forte pression pour le ralliement au marché du carbone

****************************


En pleine effervescence syndicale contre l'austérité
À la veille de l'échec de la Conférence sur le climat
Après des élections révélant un peuple québécois restant à gauche
Qu'attend Québec solidaire pour appeler à la grève sociale ?

Grève sociale printemps 2015


L'automne passe du chaud au froid et vice-versa. Le vote du Front commun pour la légale grève tournante de trois jours en octobre et novembre et celle nationale de trois jours au début décembre a été fort et généralisé. La préparation de la Conférence climatique de Paris s'enlise dans un projet d'accord loin du compte et multipliant les désaccords. L'élection majoritaire des Libéraux provoque soulagements et flottements d'espérance sceptique, mais avec un NPD restant bien implanté dans le Québec francophone, ce qui requiert de pousser à la roue. Les yeux braqués sur le débat parlementaire québécois, la direction de Québec solidaire se conforte dans un mélange d'abstention, de silence et d'attentisme. Si la lutte sociale contre l'austérité et celle contre les gaz à effet de serre (GES) ne l'émeuvent pas malgré la prochaine atteinte de leur paroxysme, la perspective d'accord électoral avec le PQ de PKP continue de la titiller malgré les avertissements des congrès.


Pour lire le texte complet :

Qu'attend Québec solidaire pour appeler à la grève sociale 

****************************


Front commun, austérité et pétrole
Trois manifs, trois solitudes qui ont soif d'une grève sociale

École à bout de bras


Jeudi le 1er octobre, pour la quatrième fois depuis le printemps, 35 000 parents, enfants et institutrices de partout au Québec ont fait la chaîne pour « protéger leur école ». Samedi, le 3 octobre, environ 30 000 syndiquées du Front commun et quelques alliés ont manifesté en soutien à leurs revendications dans le cadre de la Convention collective du secteur public. Tant les rangs des syndicats hors Front commun que ceux des associations étudiantes, qui ont astucieusement déployé une bannière géante vue du haut des airs réclamant une grève générale, et ceux des groupes populaires étaient très clairsemés.

Finalement, dimanche le 4 octobre, quelques centaines de personnes, 300 selon Radio-Canada, dont beaucoup de personnes autochtones sont venues manifester à Montréal pour réclamer une enquête publique à propos des 1200 femmes autochtones et inuit disparues ou tuées depuis 30 ans, soit l'équivalent, de dire la représentante de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), de 8 000 Québécoises ou de 30 000 femmes canadiennes. Mais il n'y avait pas beaucoup d'accointances entre les bases sociales de ces trois rassemblements, les uns n'étant pas généralement présents aux manifestations des autres, toutes proportions gardées.



Pour lire le texte complet :
Trois manifs, trois solitudes qui ont soif d'une grève sociale

****************************


À la veille de la Conférence de Paris sur le climat, Québec solidaire capitule

Notre terre - notre bien commun

Peut-être avez-vous lu le communiqué de presse de Québec solidaire du 30 septembre concernant « ...la cible de réduction des émissions de GES ». Le problème de ce communiqué c'est que les cibles du programme de Québec solidaire n'y figurent nullement et qu'au contraire on cautionne la cible de 20% du gouvernement sous couvert de le critiquer parce qu'il ne prend pas les moyens de l'atteindre. Il y a de limites à la recherche éperdue de « consensus » jetant aux poubelles le programme du parti.


Pour lire le texte complet :
COP21 -- Québec solidaire capitule

****************************

Le prolétariat : encore en mesure de renverser le capitalisme?

Ensemble pour un monde meilleur 26-01-2008 17-57-35


Une correspondante en doute :

Difficile en Amérique du nord ou la classe moyenne vit encore fort bien ma foi. En Europe, c’est un peu différent…il y a pas mal de disparités d’un pays à l’autre mais dans l’ensemble les salaires sont plutôt faibles et la classe moyenne n’en est pas vraiment une (80% de la population française gagne moins de 2000 euros je crois bien.) Une prof en Italie que je connais gagne vraiment un salaire de misère (1300 euros environ). Peut-être que l’espoir viendra de pays asiatiques ou la main d’œuvre se compte encore par millions….

Trop lapidairement, je lui répondais : La révolution ne se conjugue pas au prorata de la misère du prolétariat mais de sa conscience… ce que ne confirme pas la tragédie grecque sans toutefois l'infirmer comme elle me le fit remarquer. La grande brutalité des mémorandum y est beaucoup dans l'intense mobilisation du peuple grec, du moins jusqu'en 2012, puis de la rapide ascension électorale de Syriza depuis lors. La dialectique du facteur subjectif et du facteur objectif est particulièrement complexe et exige un recours à l'histoire, surtout celle des luttes de classe. Au-delà des histoires nationales, qu'on ne peut jamais escamoter en politique réellement existante, se dégage un fil de plomb commun qui explique la constipation révolutionnaire du prolétariat depuis la conclusion de la Deuxième guerre mondiale.

Pour lire le texte complet :
le prolétariat