Alternative socialiste

****************************


Front commun, austérité et pétrole
Trois manifs, trois solitudes qui ont soif d'une grève sociale

École à bout de bras


Jeudi le 1er octobre, pour la quatrième fois depuis le printemps, 35 000 parents, enfants et institutrices de partout au Québec ont fait la chaîne pour « protéger leur école ». Samedi, le 3 octobre, environ 30 000 syndiquées du Front commun et quelques alliés ont manifesté en soutien à leurs revendications dans le cadre de la Convention collective du secteur public. Tant les rangs des syndicats hors Front commun que ceux des associations étudiantes, qui ont astucieusement déployé une bannière géante vue du haut des airs réclamant une grève générale, et ceux des groupes populaires étaient très clairsemés.

Finalement, dimanche le 4 octobre, quelques centaines de personnes, 300 selon Radio-Canada, dont beaucoup de personnes autochtones sont venues manifester à Montréal pour réclamer une enquête publique à propos des 1200 femmes autochtones et inuit disparues ou tuées depuis 30 ans, soit l'équivalent, de dire la représentante de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), de 8 000 Québécoises ou de 30 000 femmes canadiennes. Mais il n'y avait pas beaucoup d'accointances entre les bases sociales de ces trois rassemblements, les uns n'étant pas généralement présents aux manifestations des autres, toutes proportions gardées.



Pour lire le texte complet :
Trois manifs, trois solitudes qui ont soif d'une grève sociale

****************************

La lutte pour un salaire minimum à 15$ l'heure
Point aveugle de la lutte contre l'austérité et les hydrocarbures

Le capitalisme n'a pas d'avenir 01-mai-2011 16-10-06

La petite organisation trotskyste Alternative socialiste, section sympathisante du Comité pour une Internationale ouvrière et dont plusieurs membres le sont aussi de Québec solidaire, vient d'initier une campagne québécoise pour un salaire minimum de 15$ l'heure qu'avec ses modestes capacités elle popularise dans la ville de Verdun sur l'Île de Montréal. Nul doute qu'AS s'est inspiré de la conseillère municipale de Seattle, Kshama Sawant, membre de l'organisation sœur étasunienne d'AS, dont cette revendication était le pivot de son programme, et de la victoire relative de cette campagne dans cette métropole du nord-ouest des ÉU en 2014 suivi de victoires partielles à Los Angeles, à San Francisco et dans l'état de New-York. Au Canada, le nouveau gouvernement NPD de l'Alberta l'a promis pour 2018 et le NPD fédéral le promet pour les employés sous juridiction fédérale pour 2019. Il faut cependant noter que ce niveau ne serait atteint qu'après quelques années, qu'il est limité à des villes ou un état, parfois à un secteur et qu'il n'est pas indexé à l'inflation. Et 15$ canadien signifie… 11.50$ étasunien au taux de change du jour (12.30$US en termes de parité du pouvoir d'achat).


Pour lire le texte complet :

La lutte pour un salaire minimum à 15$ l'heure