Congrès 2019 de Québec solidaire
Tassement à droite sous un masque de radicalité indépendantiste

Planète en grève bis


Le congrès Solidaire de novembre 2019 recelait un certain nombre de décisions non banales à prendre telles le recours à l'écofiscalité comme moyen central de financement du Plan de transition du parti, la stratégie indépendantiste sous couvert de quelle politique transitoire jusqu'au référendum constitutionnel d'un Québec indépendant qui doit avoir lieu à l'intérieur du premier mandat, le pays sans ou avec armée sans compter les modifications statutaires concernant l'aile parlementaire, sujet devenu viral avec l'affaire de l'investiture pour l'élection partielle de la circonscription de Jean-Talon à Québec, et la question de la Commission nationale autochtone surgissant comme un cheveu sur la soupe.


Pour lire le
texte complet :

Congrès 2019 de Québec solidaire


Pour la révolution éco-féministe et éco-autochtone du 'prendre soin'
Quelle base sociale anticapitaliste : progressiste ou prolétarienne ?

Même classe même combat et femmes


Depuis la fin 2018, la grande mobilisation des places amorcée à la fin 2010, particulièrement dans le monde arabo-musulman mais aussi en Europe du Sud et jusqu'en Amérique, est revenu hanter le monde sous la forme d'immenses manifestations récurrentes dans la rue centrées encore dans le même monde arabo-musulman mais aussi ailleurs après un passage à vide aux conséquences parfois terribles et qui durent dans plusieurs pays de la première mobilisation. Cette fois-ci, ces soulèvements se conjuguent, tout en restant en parallèle, avec la grande mobilisation pour le climat centrée sur l'Europe du Nord plus l'Italie et l'Amérique du Nord mais débordant sur le monde entier. Ils se conjuguent aussi avec l'amorce d'une vague de grèves féministes particulièrement en Europe du sud et en Amérique du sud. Ces immenses et résilientes manifestations, surtout aux portes de l'Union européenne, socialement et géographiquement très rassembleuses, interrogent le mouvement climatique capable d'impressionnantes mobilisations spasmodiques et simultanées dans plusieurs pays, soulignant par là son inhérent internationalisme, mais qui bien qu'aiguillonné par la jeunesse scolarisée ne s'enracine pas dans le prolétariat qui dans sa majorité habite loin des centres urbains et de leurs périphéries, et encore moins dans le prolétariat des pays dépendants.


Pour lire le
texte complet :

Quelle base sociale anticapitaliste -- progressistes ou prolétariat


Crise interne au sein de Québec solidaire pour l'élection dans Jean-Talon
La direction du parti impose un candidat de droite à la militance jetable

Mangeons Legault



D'expliquer La Presse dans un article du 23 octobre :

Rififi chez Québec solidaire dans la circonscription de Jean-Talon. Cedrik Verreault, 19 ans, accuse « l’establishment » du parti, Manon Massé au premier chef, de s’ingérer dans le processus d’investiture pour désigner un candidat à l’élection partielle.
« En poussant pour une candidature externe dans une investiture d’ores et déjà contestée par trois militants de la base, le parti désavoue la fameuse démocratie participative inscrite dans la déclaration de principes datant de la fondation de Québec solidaire », dénonce M. Verreault, étudiant en science politique à l’Université Laval et candidat à l’investiture solidaire dans Jean-Talon [et le seul candidat résidant dans le comté. NDLR]
Québec solidaire a annoncé avoir approché (avec succès) Frédéric Poitras, un conseiller du maire de Québec, Régis Labeaume, pour qu’il se présente à l’investiture. Manon Massé elle-même a fait les démarches pour qu’il se présente.
« Une fois que tu approches quelqu’un, tu ne le laisses pas tomber, surtout quand il dit oui », a affirmé à Radio-Canada la cheffe de Québec solidaire, Mme Massé.
« Je dénonce l’ingérence de différentes personnalités en position d’influence à l’intérieur du parti dans le processus d’investiture […]. Ma candidature teste la logique de QS. Le parti cible l’important segment de l’électorat qu’est la jeunesse […], mais doit toujours démontrer que l’implication en politique active de jeunes Québécois est la bienvenue. Les récentes décisions de l’establishment du parti ne vont certainement pas dans ce sens », écrit M. Verreault par voie de communiqué.
En plus de M. Poitras et de M. Verreault, deux autres candidats ont aussi présenté leur candidature à l’investiture solidaire dans Jean-Talon. Une élection partielle devrait être déclenchée au cours des prochaines semaines [elle aura lieu le 2 décembre] afin d’élire la personne qui remplacera le libéral démissionnaire Sébastien Proulx.


Pour lire le
texte complet :

Crise interne au sein de Québec solidaire pour l'élection dans Jean-Talon

Campagne électorale canadienne 2019 dominée par la thématique du racisme
« Nouveau nationalisme » au Québec corrompant de racisme l'anti-fédéralisme

jagmeetsingh.ndpleader.princerupert


Une bonne partie de la militance de gauche du Canada anglais souligne que le racisme a été la thématique majeure de la campagne électorale fédérale. Ce thème a surgi inopinément pour se substituer à la question climatique du début de la campagne avant d'être tassée à la tout fin par la question du vote stratégique pour contrer un gouvernement minoritaire laquelle question n'agit plus cependant comme le repoussoir d'instabilité d'antan. C'est l'opinion d'International Socialist, principal organisation marxiste révolutionnaire du Canada anglais mais aussi de The Leap, l'aile marchante du mouvement écologiste politique du Canada anglais sous la gouverne du couple Noami Klein et Avi Lewis, proche mais critique du NPD.

Pour lire le texte complet :

Élections et racisme


Alliance rouge-verte: Une terre verte de paix et une place pour toutes et tous

Projet de programme sur la mondialisation présenté par le conseil national de l’Alliance rouge-verte / Enhedslisten du Danemark, au congrès annuel du parti, les 5 et 6 octobre [2019]


Alliance rouge-verte Danemark


Présentation :

L'internationalisme conséquent de l'Alliance rouge-verte du Danemark interroge le nationalisme grugeant Québec solidaire
Quand la militance de Québec solidaire veut se référer à des partis de gauche qui lui ressemblent, elle nomme soit la CUP catalane, dont deux députées avaient été invitées au congrès de 2017 du parti, soit La France insoumise dont le chef dit charismatique avait fait parvenir un message vidéo au même congrès faute de ne pas pouvoir venir, soit parfois Podemos, l'alter ego de ce dernier en Espagne. Le premier est un parti indépendantiste anti-capitaliste qui, de son propre aveu autocritique, s'est laissé gagner par le nationalisme lors du référendum catalan de 2017. Les deux autres sont des partis-mouvements en déshérence se réclamant du « populisme de gauche » soit « reconstruire un ''peuple'' uni contre l’oligarchie autour de valeurs progressistes […] autour de la figure du leader [… misant sur] [l]e sentiment national, dont le pouvoir d’agrégation est sans égal sur une vaste échelle... » Ce centrisme cédant à l'opinion publique, toujours fabriquée, a résulté en de sérieux déboires électoraux ce qui a provoqué une « crise de la gauche » imposant un « temps de reconstruction » surtout pour les deux partis cachant leur électoralisme sous leur populisme. Mais presque jamais il n'est question de deux autres partis anticapitalistes, soit l'Alliance rouge-verte du Danemark et le Bloc de gauche du Portugal, qui lors des élections dans leur pays respectif en 2019 ont résisté au vent glacial de la droite réactionnaire anti-immigrant et sexiste malgré de marginaux reculs électoraux.

Pour lire le texte complet :

Projet de programme sur la mondialisation plus présentation


Débat sur la proposition d'Option nationale de « transition vers l'indépendance »
Indépendantisme constitutionnel ou rupture de libération nationale ?


Urgence climatique - Courage politique


Dans une discussion Facebook, un solidaire indépendantiste ayant voté 'oui' lors du référendum de 1995 prône le rejet de la proposition d'Option nationale de « transition vers l'indépendance » lors du prochain congrès de novembre de Québec solidaire. Cette proposition concrétise par onze mesures spécifiques l'ajout au programme Solidaire du passage « … un gouvernement solidaire appliquera les mesures prévues à son programme, qu’elles soient compatibles ou non avec le cadre constitutionnel canadien. ». Ce passage a été ajouté suite à la fusion avec ce petit parti nationaliste de gauche devenu un collectif de Québec solidaire.

Pour lire le texte complet :

Indépendantisme constitutionnel ou rupture de libération nationale



Montréal : Manifestation gigantesque de ½ million de personnes surtout jeunes
Mais danger « mouvementiste » sans irrigation par un parti anticapitaliste

Foule manif Greta 2019


Les personnes manifestantes étaient un demi million à Montréal pour cette journée Earthstrike du 27 septembre qui avec celle du 20 septembre ayant mobilisé au moins 4 millions de personnes dans le monde encadrait le Sommet des Nations unies sur l'action climatique du 23 septembre. À ce sommet, où les chefs d'État ne pouvaient discourir que s'ils prenaient de nouveaux engagements pour compléter ceux nettement insuffisants de la COP-21 de Paris en 2015, qui annoncent une croissance des GES de 10% en 2030 et non la baisse nécessaire de 50% du GIEC-ONU, on avait pu que constater l'absence des chefs d'État des grandes et moyennes puissances les plus polluantes en GES (ÉU. Chine, Inde, Russie, Brésil, Australie, Canada) et bien d'autres pays, ce qui contrastait avec le cinglant ''« How dare you » voler notre avenir vous qui n'en avez que pour l'argent et pour la croissance économique'' de Greta Thunberg.


Pour lire le
texte complet :

manifestation


Les Algonquins de Val-d'Or

algonquins_lac_barriere


Ce texte remarquable du poète-chansonnier-cinéaste Richard Desjardins est à lire pour sa démonstration vivante de la discrimination raciste et ses conséquences sociologiques désastreuses mais surtout pour son survol historique des rapports entre les Anishinaabeg (Algonquins) et les blancs des origines à aujourd'hui. Comme mes parents sont originaires de Maniwaki, petite ville collée à la plus grande « réserve » anishinaabe, où je suis né pour ensuite grandir dans une autre petite ville mono-industrielle (Gatineau Mills) créée par l'implantation d'un vaste complexe de transformation du bois (papier, matériaux de construction) provenant du territoire anishinaabe et propriété de l'étasunienne Canadian International Paper (CIP), ce texte vient me chercher. (Mon père m'a raconté comment, jeune homme dans une équipe de marquage en forêt l'hiver pour la CIP, un Anishinaabe lui avait sauvé la vie quand la glace d'un cours d'eau a cédé sous son poids.) Mais surtout le texte de Richard Desjardins vient me chercher parce que j'ai intensivement milité, au début des années 1990, en solidarité avec les Anishinaabeg du Lac Barrière (Rapid Lake) situé dans le Parc La Vérendry dans leur lutte contre les coupes forestières.

Pour lire le texte complet :

Les Algonquins de Val-d'Or


Congrès de novembre de Québec solidaire
Inflexion nationaliste, tournant social-libéral et centralisation


Quel vert pour la planète


Le cahier de propositions pour le congrès de novembre de Québec solidaire a été publié à la fin août sur l'intranet du parti (Pour ceux et celles qui peuvent y avoir accès : https://api-wp.quebecsolidaire.net/wp-content/uploads/2019/08/co-2019-01-d01-cahier-de-propositions.pdf). On y trouve un pot-pourri dont l'essentiel sont des modifications au programme résultant de la fusion avec le petit parti nationaliste de gauche Option nationale, plus une modification non banale à sa partie écologique. S'y ajoutent des changements aux statuts provenant du développement soudain de l'aile parlementaire du parti suite à son relatif succès électoral d'octobre 2018 ce qui lui a permis d'acquérir la reconnaissance statutaire de l'Assemblée nationale sans compter une croissance importante du soutien financier étatique. Le parti a maintenant un peu moins d'une centaine de personnes employées et un budget millionnaire.


Pour lire le texte complet :

Congrès de novembre 2019 de Québec solidaire


Plan de transition Solidaire capitaliste vert ou rupture anticapitaliste pour une indépendance de « prendre soin » de plein emploi écologique



Que la première revendication de la campagne Ultimatum 2020 soit un recul par rapport au Plan de transition de Québec solidaire annonce non pas la qualité alternative de ce Plan mais la profondeur du recul. Cette intensive campagne verticaliste de petits cercles partisans aux ordres de la direction permet de masquer un Plan de transition à orientation capitalisme vert reléguant la lutte pour l'indépendance à un accessoire utile mais non indispensable. La thématique cruciale de l'indépendance, lors de la fusion avec Option nationale, lui a été sous-traité sur la base d'un manuel mis à jour et diffusé largement mais dont le contenu n'a jamais été ni débattu ni voté par la militance du parti, pas plus que le Plan de transition. Sa vision économique de développement des ressources naturelles s'insérant compétitivement dans le marché mondial n'est pas du tout compatible avec la notion d'économie verte. Mais elle l'est tout à fait avec le Plan de transition qui ignore totalement la dimension éco-féministe de prendre soin des gens et galvaude celle éco-autochtone de prendre soin de la terre-mère.

Pour lire le texte complet :

Plan de transition Solidaire capitaliste vert ou rupture anticapitaliste pour une société de « prendre soin » de plein emploi écologique


Cinquante militantes fondent « Solidaires pour une démocratie interne »
L'embryon du parti de la rue se
bute au mépris de la machine électorale


Vieux monsieur Solidaire


Une militance d'une cinquantaine de personnes à l'assemblée de fondation, un Facebook d'un peu plus d'une centaine de personnes, le nouveau regroupement « Solidaires pour une démocratie interne » lancé par quelques participants aux deux seuls « réseaux militants » reconnus par les statuts de Québec solidaire, le Réseau Intersyndical et le Réseau de la militance écologique, décolle sur des roulettes. La discussion tant facebook qu'in vivo, amorcée par des présentations de certaines organisatrices, a mis l'emphase sur les frustrantes expériences personnelles pour dégager, à la fin de l'assemblée de fondation quelques pistes de solution.


Pour lire le texte complet :

Une cinquantaine de personnes fondait « Solidaires pour une démocratie interne


Un malaise démocratique chez Québec solidaire autour de la campagne climat
Le Plan de transition Solidaire : Saint Graal de la transition ou supercherie

Justice climatique et sociale

Un malaise se répand chez une partie de la militance de Québec solidaire au sujet de la démocratie interne. En résulte une discussion sur les réseaux sociaux et ailleurs un panel sur le populisme... où la salle ne pouvait pas intervenir afin de laisser toute la place aux panélistes ! Les animateurs de la discussion sur les réseaux sociaux remarquent de la part de la direction du parti un verticalisme post-électoral qui fait suite à celui électoral qui s'est avéré un succès. Les panélistes, de leur côté, l'attribuent à une stratégie populiste à la Podemos et à la France insoumise mais qui ne caractériserait peut-être pas pour autant le mode de fonctionnement du parti qui resterait démocratique. Quant aux animateurs du réseau, ils proposent une rencontre pour que cet inconfort dû à la réduction de la militance à la fonction de soldat obéissant soit discutée. Galvanisée par son succès électoral et échaudée par le renversement, lors du dernier Conseil national, de sa position sur les signes religieux à l'encontre de la fabriquée « opinion publique » francophone, se pourrait-il que la direction du parti ne veuille pas d'une autre fronde anti-populiste de la militance à propos de l'orientation de la campagne climat ?


Pour lire le texte complet :

Un malaise démocratique chez Québec solidaire autour de la campagne climat


L'échec flagrant du marché/taxe carbone de la Colombie britannique et du Québec
Le capitalisme vert du trio tarif/auto électrique/BECCS mène au néo-fascisme


Manif étudiante climat avec drapeau Québec vert


Le 17 mai dernier, environ deux mille jeunes des écoles secondaires de Montréal et une poignée d'alliés, prenant de l'avance sur les rassemblements semblables de la semaine suivante en Europe, manifestaient (album de photos) pour enjoindre le gouvernement caquiste à secouer ses puces afin de se doter d'un plan climat à la hauteur de ce que le GIEC-ONU juge indispensable soit - 50% de GES net d’ici 2030 et -100% d’ici 2050. Le contenu des affiches de la manifestation traduisait une grande émotion, parfois une radicalité idéologique (« changer le système, pas le climat ») et très rarement une revendication. Le contingent Solidaire, à part la menace de faire « barrage politique », n'en avait aucune à proposer. Attendre de la CAQ, un parti ultra-libéral et discriminatoire, au point même de le courtiser et d'en devenir membre, ou de l’hypocrite gouvernement pétrolier canadien, un plan de transition à la hauteur voulue relève de la chimère et de la tromperie... à moins de se contenter de mesures pointues minimalistes pour sauver la face.


Pour lire le texte complet :

L'échec flagrant du marché et taxe carbone de la Colombie britannique et du Québec


Soulèvements populaires en Algérie et au Soudan et endurance palestinienne
Espoir pour renverser une gouvernance « climatocide » et antidote d'un monde virant à droite


Femme palestniennes avec drapeau

Les soulèvements populaires par millions, semaine après semaine depuis des mois, en Algérie et au Soudan retiennent peu l'attention au Québec bien que leur ampleur et leur durée obligent les grands médias à en rendre compte. Le Devoir a même fini par envoyer un journaliste en Algérie. Ces soulèvements anti-armée et pro-démocratie surgissent comme les baumes rafraîchissants d'un monde sombrant dans la douleur de la montée des droites extrêmes exhibant racisme, sexisme et xénophobie, d'attentats terroristes chez nous aux hécatombes guerrières au Moyen-Orient et en Afrique en passant par des massacres souvent génocidaires en maints pays d'Asie du Sud et du Sud-est quand ce ne sont pas des assassinats en série en Amérique latine.


Pour lire le texte complet :

Soulèvements populaires prolongés en Algérie et au Soudan


Pour financer le tournant climatique : écotaxe ou réforme de la fiscalité ?
L'écotaxe est prisonnière du marché
des transnationales, et injuste ou inutile


Pas trop petit pour changer le monde

La direction de Québec solidaire, corroborée par le Conseil national, a demandé à la Commission politique dans le cadre de la révision du programme mise à l'ordre du jour du prochain congrès, d'élaborer une écotaxe qui remplacerait le marché du carbone prévu au Plan de transition du parti mais auquel le programme s'oppose. Il faudrait que cette écotaxe, qui par définition est une modification des rapports de prix du marché par une ou des taxes pénalisant les ou certains produits et services carbonés, ait la capacité de régler à temps la question climatique selon les paramètres du dernier rapport du GIEC (- 50% de GES net d'ici 2030 et -100% d'ici 2050). Comme Québec solidaire est un parti de gauche, cette écotaxe devrait être compatible avec la justice sociale.


Pour lire le texte complet :

L'écotaxe est prisonnière du marché des transnationales, et injuste ou inutile



Contre le projet de loi de la CAQ sur les signes religieux
Enfin les « de souche » se mobilisent...un peu, mais l'extrême-droite aussi

Chaîne humaine PL-21


Une « vague bleue » de fleurdelisés parsemée de quelques drapeaux des patriotes (sic) et du Sacré-Coeur (ouf), comptant un peu moins de mille personnes et dont l'épine dorsale était des groupes d'extrême-droite niant publiquement l'être, s'est répandue devant les locaux de TVA à Montréal ce 4 mai pour appuyer le projet de loi 21 (PL-21) de la CAQ sur le port des signes religieux. Séparés par un cordon policier, quelques centaines d'antifascistes, dont il faut saluer la détermination et le courage, leur ont fait face. Le lendemain, quelques centaines de personnes, majoritairement « de souche » mais pas seulement, convoquées par la Coalition inclusion Québec, ont presque bouclé une chaîne humaine autour du Palais de justice de Montréal en opposition à PL-21 (quelques photos ici).


Pour lire le texte complet :

Enfin les « de souche » se mobilisent...un peu, mais l'extrême-droite aussi


Non pas 50 000 ou 150 000 (?) mais un maigre 5 000
Pourquoi l'échec de la manifestation du Jour de la terre ?

Planète en grève


La grande manifestation du Jour de la terre du 27 avril à Montréal (album de photos
ici) s'est avérée un flop monumental avec 5 000 personnes et non 50 000 ou peut-être 150 000 comme celles citoyennes de novembre 2018 et mars 2019. Cette différence béante ne peut s'expliquer par la seule météo. Pourtant l'ensemble du mouvement syndical tout comme les 450 groupes communautaires organisés en front commun étaient sensés y avoir convié leurs membres. L'effet du coup d’envoi émotif de novembre suite à l'été caniculaire et le caractère international de celle de mars n'y étaient certes pas mais l'actualité braquée sur les inondations aurait dû compenser. La volonté de mobilisation des organisations sociales n'y était pas.


Pour lire le texte complet :

Pourquoi l'échec de la manifestation du Jour de la terre 

Une grande mobilisation pour la justice climatique... mais sans plan alternatif
Québec solidaire, pour le capitalisme vert, se substitue au mouvement


Temps chaud

La grande mobilisation "en faveur de mesures plus musclées pour contrer les changements climatiques aura lieu, le samedi 27 avril [à Montréal], et les grandes organisations syndicales invitent leurs membres à être de la partie"  Avec ses trois points de départ et l'appui de centaines d'organisations écologiques et populaires, elle promet d'être imposante. Elle clôturera la Semaine de la terre laquelle a débuté par le grand encerclement de l'Assemblée nationale à Québec par 5 000 personnes ce lundi le 22, ce qui sera suivi d'un tas d'activités durant la semaine. Le mouvement La Planète s'invite... qui chapeaute toute cette mobilisation répond à l'appel de cette jeune suédoise, que les grands de ce monde tentent de coopter jusqu'ici sans succès. Elle nous invite à paniquer, et non à se nourrir de faux espoirs, pour que les émanations de GES diminuent de moitié d'ici 2030... cible qui cependant admet une hausse des températures bien au-delà de 1.5°C après 2050 en espérant que l'humanité sous gouverne capitaliste se rattrapera à coups de puits naturels et artificiels de gaz carbonique et d'énergie nucléaire malgré le grand risque du dépassement d'irréversibles points de bascule.


Pour lire le texte complet :

Québec solidaire, pour le capitalisme vert, se substitue au mouvement

Non à la CAQ qui veut diviser le prolétariat par la haine islamophobe
Participons aux manifs anti-CAQ
et préparons un Premier mai unitaire


Manif anti loi 21 communauté musulmane


Jusqu'ici les initiatives de mobilisation (pétition, manifestations) contre la loi sur les signes religieux de la CAQ émanent d'organisations liées surtout des communautés racisée et anglophone de Montréal où la majorité « de souche » est minoritaire. C'est à la fois normal et inquiétant. C'est normal car la communauté racisée est frappée directement pour certaines de ses composantes croyantes et indirectement par le message subliminal de compromission avec la nationalisme identitaire, particulièrement avec sa partie extrémiste. Ce nationalisme imbu de catho-laïcité avéré ou patrimonial, que la CAQ a su caché en retirant, contre sa position de toujours, le crucifix de l'Assemblée nationale, exploite l'héritage laïque bien de gauche de la Révolution tranquille. La faillibilité de l'entourloupette réside dans la comparaison entre la puissance idéologique et politique de l'Église catholique des années cinquante au Québec, et l'impuissance, la pauvreté et la stigmatisation de la très minoritaire religion musulmane dans le Québec d'aujourd'hui. La perception contraire nécessite de faire un amalgame trompeur avec sa force en Arabie saoudite ou en Iran ou en Algérie quitte à pousser jusqu'à l'amalgame djihadiste qui finit en crainte schizophrénique de l'invasion, et pour finir du « grand remplacement » qui dégénère en tuerie islamophobe.

Pour lire le texte complet :


Non à la CAQ qui veut diviser le prolétariat par la haine islamophobe


Saison des budgets, hijab, luttes du taxi et d'ABI, campagne climat Solidaire
Les gouvernements Libéral et de la CAQ, des gouvernements centristes !!!


Couleur de ceux qu'on persécute


Éditoriaux et chroniques n'en ont que pour le « centrisme » des budgets fédéral et québécois. Évidemment on est toujours au centre ou à gauche par rapport à plus à droite que soi. En ce qui concerne les Conservateurs fédéraux, ils ont beau gueuler contre le petit déficit des Libéraux, il n'est pas si certain qu'en cette année pré-électorale ils auraient osé le supprimer étant donné leur défaite cuisante aux dernières élections suite à cette rigide politique néolibérale... imitée, croyez-le ou non, par le NPD qui en a chèrement payé le prix, laissant les seuls Libéraux à « gauche », et qui n'arrive toujours pas à s'en départager car lesté par un gouvernement NPD albertain résolument pro-pétrole et un gouvernement NPD britanico-colombien anti-oléoduc mais pro-gazoduc. Quant à la CAQ, on ne peut que la comparer à un parti fantôme à sa droite. Mais est-ce vraiment le cas que ces budgets soient si généreux ? Et reste à examine l'ensemble de l’œuvre car les budgets voguent sur une mer où souffle une bise carrément à droite. Au Québec, l'unilatérale campagne climat de Québec solidaire, lestée d'un Plan de transition capitaliste vert et d'un embrigadement verticaliste de la jeunesse, risque de lui faire rater le crucial rendez-vous avec le Front commun. Heureusement, grâce à sa militance allant à contre-courant, le parti a évité un vote de compromission avec le racisme, sauvant l'intégrité du programme.

Pour lire le texte complet :

Les gouvernements Libéral et de la CAQ, des gouvernements centristes !!!


Des dizaines de milliers de jeunes à la manifestation climat de Montréal
Une attente d'orientation à laquelle Québec solidaire ne répond pas

Croissance tellement 20iè siècle


Album photo à https://1drv.ms/a/s!Aj4UXfoRjr1ThwETatefOFW-B3rH


Plusieurs dizaines de milliers de jeunes aux études et de moins jeunes, quelque part entre le 25 000 des forces policières et le 150 000 des organisateurs, ont défilé ce vendredi 15 mars à Montréal à l'appel du mouvement « La Planète s'invite à l'Université » initié par l'Université de Montréal. Des regroupements plus modestes ont eu lieu à divers endroits au Québec et au Canada. À l'appel de « la collégienne Greta Thunberg, qui manifeste tous les vendredis depuis août devant le parlement suédois […] cette manifestation internationale pour le climat s'est tenue dans plus de 2000 villes situées dans quelque 120 pays. […] Les foules les plus imposantes ont été aperçues à Sydney, Berlin, Paris, Bruxelles, Londres, Madrid, Santiago au Chili et Montréal […] Au total, les organisateurs du mouvement Fridays for Future évaluaient à plus d'un million le nombre de manifestants mondiaux vendredi. » (Radio-Canada).


Pour lire le texte complet :

Manifestation climat 15 mars 2019


Québec solidaire et la consigne de vote pour l'élection fédérale
Mettre sur le même pied le NPD fédéraliste et le Bloc allié à l'extrême-droite ?

Blanchet et Duhaime

Le prochain Conseil national Solidaire est appelé à débattre et à voter une proposition stipulant la politique du parti en vue des prochaines élections fédérales. La proposition à voter ne donne aucune consigne de vote bien que le premier attendu stipule que « [a]ttendu que Québec solidaire reconnaît que deux partis fédéraux (le Parti libéral du Canada et le Parti conservateur) nuisent directement aux valeurs défendus par Québec solidaire et aux intérêts de la population québécoise ». La dernière proposition affirme « [q]ue les autres membres de Québec solidaire, sur une base individuelle, soient invités à soutenir le parti qui représente le mieux leurs valeurs... ». On reconnaît là la consigne de vote traditionnelle du parti qui indirectement favorise le Bloc québécois, le NPD et le Parti vert fédéral. On se trouvait des accointances sociales ou écologiques avec le NPD et les Verts, malgré leur fédéralisme, et souverainistes avec le Bloc malgré son axe social droite-gauche.


Pour lire le texte complet :

Mettre sur le même pied le NPD fédéraliste et le Bloc allié à l'extrême-droite


L'enjeu du Conseil national de Québec solidaire de la fin mars : l'identitarisme
Arrêter net la montée identitaire qui pénètre le parti

étudiantes manif stages
Après le racisme des arénas et l'attentat terroriste de la mosquée de Québec et suite à l'apparition médiatique des groupes d'extrême-droite telle La Meute, l'élection de la CAQ, qui d'entrée de jeu tape sur les clous islamophobe de la répression des femmes voilées et anti-immigrant de la diminution des quotas et d'un recrutement pro-patronal encore plus serré, plonge le Québec plus que jamais dans le morbide identitarisme qui gagne le monde. Faut-il se surprendre que Québec solidaire, parti à carte d'une vingtaine de milliers de membres enracinés dans le terroir québécois en subisse les contre-coups ?


Pour lire le texte complet :

Contre l'identitarisme solidaire


Manifestation sino-québécoise critique du refus de Québec solidaire de s'excuser de propos sinophobes, ou l'emprise du nationalisme identitaire


Panda et drapeau Québec


Album photos à https://1drv.ms/a/s!Aj4UXfoRjr1Thi6zQvi2MuZz-jhs

La manifestation d'environ une centaine de personnes surtout d'origine chinoise est partie du Quartier chinois après avoir entendu Will Prosper de Montréal-Nord Republik et ex-candidat vedette de Québec solidaire, qui a accepté d'être sino-québécois honoraire. Puis la manif s'est dirigé vers les bureaux nationaux de Québec solidaire. Au coin de Berry et Ontario, elle a entendu des messages de solidarité de représentantes d'Alternatives, une des plus importantes ONG altermondialiste, de l'Association des femmes est-asiatiques, de la Fédération des femmes du Québec-FFQ (sa présidente) et du Parti vert (son chef). La plupart des messages étaient en français puis traduits en chinois. Une des leader de la dissidence Solidaire s'est adressée aux gens directement en chinois et en français. Un représentant des « Chinois-e-s progressistes du Québec » a souligné que le groupe a espéré jusqu'au matin une représentation de Québec solidaire avec les excuses appropriées. La manif se serait alors limitée au quartier chinois. Il a souligné qu'ils-elles ont attendu 100 ans les excuses du gouvernement canadien (discrimination des lois sur l'immigration) et qu'ils attendent toujours celles du PQ à propos des « yeux bridés » de leur chef Boisclair en 2013 et qu'ils attendront celles de QS sur les « Chinois prédateurs ».


Pour lire le texte complet :

Manif sino-québécoise


Appuyons le peuple vénézuélien contre l'impérialisme étasunien et ses alliés, dont le Canada, malgré son régime failli

Vénézuela - manifestation


L'implosion catastrophique et tragique du régime bolivarien démontre la contradiction flagrante entre sa politique d'insertion extractiviste, essentiellement pétrolière, dans le marché mondial et celle extérieure d'anti-étasunienne, et non anti-impérialiste étant donné son alliance avec la Chine et la Russie, ni antilibérale étant donné la prospérité et le renforcement du capital financier vénézuélien sous Chavez. Tant que cette insertion a été payante grâce à la chèreté du pétrole, elle a permis au régime de se construire une importante base d'adhésion interne et externe grâce à une politique de redistribution d'une significative part de la rente pétrolière ce qui n'a pas empêché qu'il en restait suffisamment pour soutenir une “boli-bourgeoisie” corrompue liée à une partie de la bourgeoisie traditionnelle et pour susciter une importante criminalité endémique.


Pour lire le texte complet :

Vénézuéla

La contradictoire dialectique de la démocratie Solidaire
La montée démocratique d'en bas bloquée par le verticalisme d'en haut

QS - carré rouge


Ma circonscription, celle d'Hochelaga-Maisonneuve, avait pris l'habitude de ne plus convoquer d'assemblée générale pour préparer les conseils nationaux (CN) dont l'élection de la délégation choisie au sein de la coordination, alors que les assemblées générales restaient de mise pour préparer les congrès lesquels dorénavant n'ont lieu qu'aux deux ans. Mais voici que pour une troisième fois consécutive, une assemblée générale pré-CN a été tenue. Pour mettre de la chair sur l'os de ce renouveau démocratique, la délégation de six personnes a été choisie après le débat principal prévu au CN, soit celui des signes religieux, et en proportion du résultat de ce vote, soit cinq pour l'option B (aucune coercition) et une pour l'option A (coercition Bouchard-Taylor), selon le principe du vote proportionnel que notre parti, et pas seulement, réclame pour l'élection de l'Assemblée nationale mais que ses statuts ne prévoient pas pour sa démocratie interne. Certains signes donnent à penser qu'une telle évolution a cours dans tout le parti. On s'éloigne de la pratique des « slates » votant en bloc et des « chuchotements » intra-délégation sur le plancher l'incitant.


Pour lire le texte complet :

La contradictoire dialectique de la démocratie Solidaire


L'immigration à l'ère de la crise systémique du capitalisme néolibéral
Frontière ouverte ou refoulement des personnes réfugiées et immigrantes


Chinoises progressistes du Québec


Au Québec, la CAQ passe en deuxième vitesse dans son offensive identitaire misant sur l'insécurité générée par la crise de la globalisation néolibérale. D'abord, le parti de la majorité parlementaire et le plus à droite de ceux siégeant au parlement du Québec stigmatise les femmes voilées sous prétexte de laïcisation jusqu'au-boutiste confinant à l'islamophobie ou même de féminisme à contresens plus proche du sexisme. Cette attaque vise à diviser le peuple travailleur, plus préoccupé de crise climatique et des ravages de l'austérité, afin d'affaiblir la riposte prévisible d'un énième Front commun qui devrait s'ébranler l'automne prochain pour marquer la québécoise année 2020. Ce serait d'autant plus le cas si le prolétariat organisé et politisé faisait valoir le prochain Front commun non seulement comme un enjeu de convention collective et de justice sociale mais aussi de luttes féministe et écologiste.  Un gros travail de réflexion et d'élaboration reste à faire pour ces deux derniers aspects surtout le dernier pourtant évident quand on pense en dehors des sentiers battus du cadre de l'économie de marché dans lequel s'est laissé coincer Québec solidaire avec son Plan de transition à la mode capitalisme vert.


Pour lire le texte complet :
Frontières ouvertes ou répression des personnes réfugiées

Encore une fois, le débat sur le voile


feministmusulmanes


Dans le sillage de l'intervention tonitruante de la nouvelle ministre responsable de la condition féminine, « [l]e hidjab revient au cœur de la joute politique québécoise » (Le Devoir). Il est certes raisonnable de dire que le voile est un signe d'oppression. Il est aussi raisonnable de dire que la laïcité de l'État justifie que certaines fonctions interdisent le port de signes religieux. Mais il est aussi raisonnable de dire que cette interdiction est une atteinte au droit d'expression. Comme il est raisonnable de dire que le port du voile dans les pays occidentaux peut être un signe de contestation de l'islamophobie ou une protestation contre la mode sexiste ou une expression légitime de sa foi.


Pour lire le texte complet :

Encore une fois, le débat sur le voile

Québec 2019 : du voile au Front commun en passant par la lutte écologique
Parer l'attaque de la CAQ par la lutte anti-discrimination et pour le climat


stop profilage racial



L'année politique au Québec commence sous le nouveau gouvernement de la CAQ reflétant sotto voce la droitière tendance mondiale et canadienne. Son économie demeure emballée dans une boiteuse prospérité chancelante provoquant une étonnante pénurie de main d’œuvre. Après un apéritif lénifiant, le nouveau gouvernement prépare une attaque visant à braquer la population sur ses divisions ethnicos-religieuses. Consciente de la toujours dramatique négociation du vaste secteur public s'ouvrant l'automne prochain, la CAQ redoute la reconstruction du récurent Front commun appuyé par une population qui en a marre de l'austérité. Cependant, la population du Québec a semblé, l'automne dernier, davantage préoccupée de la crise climatique.
Québec solidaire, réellement existante opposition officielle étant donné le knock-out électoral des deux partis centristes, Libéraux et PQ, s'est emparé de l'émotion climatique pour en faire une campagne politique sur toute l'année. Mais cette campagne balisée par un Plan de transition capitaliste vert est décrochée tant du débat sur le voile et de la lutte contre la discrimination que de celle contre l'austérité. Joindre les deux bouts requerrait que le parti secoue ses puces nationalistes lesquelles entachent sa quête de l'indépendance trop extractiviste et trop braquée sur les frontières. La prise en compte de l'écologique « prendre soin » féministe et autochtone pourrait faire de cette campagne tant un outil anti-discrimination d'unité populaire que de plein emploi écologique.


Pour lire le texte complet :

Québec 2019  du voile au Front commun en passant par la lutte écologique