Option nationale

****************************

Le congrès Québec solidaire de la fusion indépendantiste
Ou comment sacrifier l'indépendance sur l'autel capitaliste

Bannière courage politique


Dans le discours de fin de congrès de Gabriel Nadeau-Dubois (GND), « [s]es attaques ont ainsi été dirigées contre ses principaux adversaires politiques : le Parti libéral et la Coalition avenir Québec, présentement en tête des sondages. Il n'a même pas pris la peine d'évoquer le Parti québécois. » de constater Radio-Canada. Ite missa est. Un point de l’entente avec Option nationale (ON), minuscule parti ultra-indépendantiste, votée à plus de 80%, garantit la continuation des négociations, restées « sur table », avec le Oui-Québec. Cheval de Troie du PQ dans le mouvement populaire, le Oui-Québec se tient à l’écart de ce mouvement comme l’a souligné un intervenant qui en a fait l’expérience. Par ce chemin alambiqué, la main est tendue au PQ en autant qu’il ne tombe pas en déliquescence d’ici les prochaines élections. Cette fois-ci, cependant, le rapport de forces devrait être plus favorable à Québec solidaire (QS), au point de peut-être même assurer son hégémonie. Le rêve de la direction du camp indépendantiste par la gauche serait alors à portée de la main.


Pour lire le texte complet :
Congrès de la fusion indépendantiste de Québec solidaire - 2

****************************

La fusion de Québec solidaire avec Option nationale vers un virage à droite
Le livre qui fait dire oui à un Québec concurrentiel sur le marché global


Femmes et Scotia

La direction de Québec solidaire a créé un nouveau buzz médiatique et politique en faisant de l’humble fusion avec Option nationale une grande affaire stratégique, laquelle fusion n’aurait dû être qu’une absorption tactique, comme collectif, d’un très marginal parti en perdition. Pour sa soi-disant valeur symbolique de garantie indépendantiste, comme si Québec solidaire ne l’était pas depuis son origine, on aurait pu lui accorder un droit temporaire d’observateur participant à la coordination nationale et un de participation directe aux instances nationales ce dernier droit devant être pérennisé par un changement statutaire au bénéfice de tous les collectif. Ensuite, à ses membres de faire valoir leurs points de vue à l’interne comme tout le monde y compris de solliciter des candidatures dans un esprit de parité. Au lieu de cette simplicité, la direction du parti a décidé de faire du forcing programmatique et organisationnel transgressant les statuts au nom d’une urgence politique auto-construite. Ajoutons-y un rôle sorti des nues de quasi porte-parole pour son (ex?)-chef sur la question de l’indépendance avec promesse d’une circonscription sûre quasi garantie.


Pour lire le texte complet :

La fusion de Québec solidaire avec Option nationale vers un virage à droite

****************************

Plateforme électorale Solidaire et projet de société aux oubliettes
Raccourci pseudo-racial et nationaliste de fusion avec Option nationale


Catalogne-Québec


Officiellement la vedette du congrès Solidaire du début décembre devrait être la plateforme électorale. La lecture des médias, y compris de Presse-toi-à-gauche, l’organe officieux du parti, révèle que toute l’attention se concentre sur la fusion au-pas-de-course avec Option nationale. Le responsable national aux communications du parti et co-dirigeant du site officieux invite à la violation des statuts et du programme1 au nom des « circonstances actuelles.  Le commentateur attitré du site se demande pourquoi « une entente si nécessaire suscite autant d’opposition. D’affirmer un prétendant au poste de responsable aux orientations : « ...les avantage de la fusion entre Québec solidaire et Option nationale sont nettement supérieurs aux quelques efforts demandés pour y arriver. ». On entrevoit qu’avec un pareil cynisme la défense et la promotion du programme sont vouées aux gémonies, qu’elles continueront d’être sacrifiées sur l’autel de l’« efficace » électoralisme. La fusion avec un parti ultra-marginal, symbolique prétendent certains, serait devenue la potion magique pour que Québec solidaire cesse d’être « éternellement marginal ». N’est-ce pas plutôt la grande illusion pour ne pas « oser » l’audace, toute proportion gardée, d’une Valérie Plante dont bien sûr il ne faut pas pour autant faire son pain béni.


Pour lire le texte complet :

Le raccourci nationaliste de la fusion avec Option nationale

****************************


Le congrès Solidaire et ses suites après la demi-rupture avec le PQ
L’urgence d’une plate-forme pour reprendre l’initiative


Québec solidaire -- oui paix
Contre l’appel insistant du député Khadir, contre l’avis plus discret du nouveau porte-parole vedette qui venait d’être élu, malgré le silence de la porte-parole plus branchée sur la base du parti, et qui finalement vota pour le rejet du pacte électoral avec le Parti québécois (PQ), un bon deux tiers du congrès choisit l’option du débarrassons-nous-des-néolibéraux au lieu de celle débarrassons-nous-des-Libéraux pimentée à l’identitarisme propre au PQ. Le congrès bondé se sortait du piège tendu par le PQ tout en lui arrachant, à terme si le processus de « fusion » se passe bien, le petit parti Option nationale (ON). Cerise sur le gâteau, après dix ans de travaux, Québec solidaire (QS) parachevait son programme en y ajoutant les chapitres sur la justice, l’aménagement du territoire, l’agriculture et, last but not least, l’altermondialisme.


Pour lire le texte complet :
Le congrès Solidaire et ses suites après la demi-rupture avec le PQ