La contradictoire dialectique de la démocratie Solidaire
La montée démocratique d'en bas bloquée par le verticalisme d'en haut

QS - carré rouge


Ma circonscription, celle d'Hochelaga-Maisonneuve, avait pris l'habitude de ne plus convoquer d'assemblée générale pour préparer les conseils nationaux (CN) dont l'élection de la délégation choisie au sein de la coordination, alors que les assemblées générales restaient de mise pour préparer les congrès lesquels dorénavant n'ont lieu qu'aux deux ans. Mais voici que pour une troisième fois consécutive, une assemblée générale pré-CN a été tenue. Pour mettre de la chair sur l'os de ce renouveau démocratique, la délégation de six personnes a été choisie après le débat principal prévu au CN, soit celui des signes religieux, et en proportion du résultat de ce vote, soit cinq pour l'option B (aucune coercition) et une pour l'option A (coercition Bouchard-Taylor), selon le principe du vote proportionnel que notre parti, et pas seulement, réclame pour l'élection de l'Assemblée nationale mais que ses statuts ne prévoient pas pour sa démocratie interne. Certains signes donnent à penser qu'une telle évolution a cours dans tout le parti. On s'éloigne de la pratique des « slates » votant en bloc et des « chuchotements » intra-délégation sur le plancher l'incitant.


Pour lire le texte complet :

La contradictoire dialectique de la démocratie Solidaire

****************************


Réponse à Daniel Tanuro par un détour historique
Un gouvernement mondial pour sauver la civilisation

Enfants manif de la terre


Il faut prendre toute la mesure de la catastrophe du socialisme réellement existant du XX siècle. Le duo maudit des bureaucraties stalinienne et social-démocrate, couche sociale issue du prolétariat et de la petite-bourgeoisie, a brisé l’élan révolutionnaire tirant son origine de la révolution française de la fin du XVIII siècle. Cet élan se basait sur la forte aspiration socialiste du prolétariat jusqu’à la Première guerre mondiale laquelle s’est prolongée jusqu’à l’entre-deux-guerres. Ce élan dut faire face à une réaction prête à utiliser tous les moyens, du fascisme génocidaire jusqu’au consumérisme et militarisme écocides.


Pour lire le texte complet :
Réponse à Daniel Tanuro par un détour historique -- Un gouvernement mondial pour sauver la civilisation