****************************


Dernières péripéties du débat pré-congrès Solidaire
S’enliser dans l’électoralisme ou se centrer sur la plate-forme

Défilé Québec solidaire

L’option ‘B’ de l’entente/alliance avec le PQ paraît sur la défensive. Le facebook pour l’option ‘A’ de la rupture indique des votes forts pour cette option dans les circonscriptions clefs de Montréal. On ne sait trop si c’est par électoralisme — le PQ y étant l’ennemi à battre — ou par rejet néolibéral-pétrolier-identitaire. Le candidat porte-parole le plus identifié à l’option ‘B’ vient de se retirer au bénéfice du candidat-vedette. Mais qu’en est-il dans les comtés beaucoup plus nombreux, surtout hors Montréal et centre-ville, où Québec solidaire est faible et où un vote QS pour le PQ pourrait aider à battre soit les Libéraux, soit la CAQ ? La solitude et l’éloignement, tout comme l’influence des vedettes du parti portées sur l’option ‘B’, pourraient être bien mauvaises conseillères.


Pour lire le texte complet :
Dernières péripéties du débat pré-congrès Solidaire

****************************


Au Québec, lutte nationale enlisée dans un racisme qui s’ignore
Foire d’empoigne entre les partis pour qui fera le moins

Avec les sans papiers

Un récent sondage tente de mesurer le degré de xénophobie et de racisme des populations québécoise et canadienne. Difficile de nier l’existence de ces tares même à partir de perceptions subjectives qui minimisent le racisme systémique généré par le fonctionnement « normal » des rapports sociaux. Tout dépendant de la question posée, le sentiment anti-immigration peut aller du quart aux trois quarts, la fourchette de 40 à 50% étant la plus commune. Quand l’immigration est lié à la religion (et peut-être à la langue anglaise), le Québec se montre nettement plus frileux. On peut interpréter cette différence comme un acquis paradoxal de la Révolution tranquille dans le contexte de la lutte contre sa propre oppression nationale. Mais de 70 à 75% de la population pense au final positive l’apport de l’immigration. Comme quoi, il n’y a pas de quoi désespérer en autant qu’un coup de barre se décide.


Pour lire le texte complet :

La lutte anti-raciste s'enlise