plan de transition


Soulèvements populaires en Algérie et au Soudan et endurance palestinienne
Espoir pour renverser une gouvernance « climatocide » et antidote d'un monde virant à droite


Femme palestniennes avec drapeau

Les soulèvements populaires par millions, semaine après semaine depuis des mois, en Algérie et au Soudan retiennent peu l'attention au Québec bien que leur ampleur et leur durée obligent les grands médias à en rendre compte. Le Devoir a même fini par envoyer un journaliste en Algérie. Ces soulèvements anti-armée et pro-démocratie surgissent comme les baumes rafraîchissants d'un monde sombrant dans la douleur de la montée des droites extrêmes exhibant racisme, sexisme et xénophobie, d'attentats terroristes chez nous aux hécatombes guerrières au Moyen-Orient et en Afrique en passant par des massacres souvent génocidaires en maints pays d'Asie du Sud et du Sud-est quand ce ne sont pas des assassinats en série en Amérique latine.


Pour lire le texte complet :

Soulèvements populaires prolongés en Algérie et au Soudan


Non pas 50 000 ou 150 000 (?) mais un maigre 5 000
Pourquoi l'échec de la manifestation du Jour de la terre ?

Planète en grève


La grande manifestation du Jour de la terre du 27 avril à Montréal (album de photos
ici) s'est avérée un flop monumental avec 5 000 personnes et non 50 000 ou peut-être 150 000 comme celles citoyennes de novembre 2018 et mars 2019. Cette différence béante ne peut s'expliquer par la seule météo. Pourtant l'ensemble du mouvement syndical tout comme les 450 groupes communautaires organisés en front commun étaient sensés y avoir convié leurs membres. L'effet du coup d’envoi émotif de novembre suite à l'été caniculaire et le caractère international de celle de mars n'y étaient certes pas mais l'actualité braquée sur les inondations aurait dû compenser. La volonté de mobilisation des organisations sociales n'y était pas.


Pour lire le texte complet :

Pourquoi l'échec de la manifestation du Jour de la terre 


Saison des budgets, hijab, luttes du taxi et d'ABI, campagne climat Solidaire
Les gouvernements Libéral et de la CAQ, des gouvernements centristes !!!


Couleur de ceux qu'on persécute


Éditoriaux et chroniques n'en ont que pour le « centrisme » des budgets fédéral et québécois. Évidemment on est toujours au centre ou à gauche par rapport à plus à droite que soi. En ce qui concerne les Conservateurs fédéraux, ils ont beau gueuler contre le petit déficit des Libéraux, il n'est pas si certain qu'en cette année pré-électorale ils auraient osé le supprimer étant donné leur défaite cuisante aux dernières élections suite à cette rigide politique néolibérale... imitée, croyez-le ou non, par le NPD qui en a chèrement payé le prix, laissant les seuls Libéraux à « gauche », et qui n'arrive toujours pas à s'en départager car lesté par un gouvernement NPD albertain résolument pro-pétrole et un gouvernement NPD britanico-colombien anti-oléoduc mais pro-gazoduc. Quant à la CAQ, on ne peut que la comparer à un parti fantôme à sa droite. Mais est-ce vraiment le cas que ces budgets soient si généreux ? Et reste à examine l'ensemble de l’œuvre car les budgets voguent sur une mer où souffle une bise carrément à droite. Au Québec, l'unilatérale campagne climat de Québec solidaire, lestée d'un Plan de transition capitaliste vert et d'un embrigadement verticaliste de la jeunesse, risque de lui faire rater le crucial rendez-vous avec le Front commun. Heureusement, grâce à sa militance allant à contre-courant, le parti a évité un vote de compromission avec le racisme, sauvant l'intégrité du programme.

Pour lire le texte complet :

Les gouvernements Libéral et de la CAQ, des gouvernements centristes !!!