Échec à la guerre

****************************

De la manif du coquelicot blanc à celle contre l’oléoduc Enbridge
Dans la rue, la droite dame le pion à la gauche

 
sourire autochtone

Photos à : https://picasaweb.google.com/110537867786455303075/ManifCoquelicotsEtEnbridge11161113#
 
À l’occasion du jour du souvenir, ce 11 novembre, quelques dizaines de personnes répondaient à l’appel d’Échec à la guerre pour contrer la très militariste cérémonie du souvenir laquelle, à Montréal, se tenait sur le campus de l’Université McGill… dans l’antique Golden Square Mile au pied de la montagne, coups de canon compris.  La poignée de manifestantes — Honneur aux combattantes de la résilience ! — ne faisait pas le poids face au rassemblement d’en face. 

Pour lire le texte complet :
De la manif du coquelicot blanc à celle contre Enbridge

****************************


Humble rassemblement anti-guerre, et quelques photos

Grannies


À l’occasion de la journée de la paix, moins d’une centaine de personnes ont répondu à l’appel de l’organisation Échec à la guerre née du temps des grandes mobilisations qui ont tenté d’empêcher le déclenchement des guerres contre l’Afghanistan puis contre l’Iraq.  Persistante, cette organisation continue de cibler le bellicisme du gouvernement Harper.  Aujourd’hui, la manifestation visait particulièrement la tentation de ce gouvernement de cautionner toute opération militaire contre la Syrie.
 
On ne peut que regretter que cette manifestation n’ait pas été appelée au moment où les bruits de bombardements contre la Syrie étaient à leur comble.  On aura raté le momentum tout en laissant aux « campistes » pro-Assad un rôle disproportionné à leur force lors de la convocation les premières manifestations.  On peut aussi regretter un pacifisme puriste qui appelle à un illusoire cessez-le-feu alors que la meilleure façon d’y arriver est de fournir des armes défensives anti-tank et anti-aériennes aux rebelles non-jihadistes abandonnés de tous pour rétablir un rapport de forces lequel justement créerait les conditions d’un cessez-le-feu et d’une négociation politique laquelle à son tour redonnerait toute la place aux pacifistes et grandes mobilisations populaires du début de la rébellion.
 
En attendant, la scène politique québécoise s’enlise dans l’électoralisme municipal et national à saveur d’ethnicisme diviseur et sans « valeur » propice aux faux débats qui font diversion et pas du tout propice aux progressistes mobilisations populaires.  Raison de plus pour être présent à la manifestation de samedi prochain appelé par la Coalition contre la privatisation et la tarification. 
 
On trouvera quelques photos à :      
https://picasaweb.google.com/110537867786455303075/EchecALaGuerre0913#