Pour la révolution éco-féministe et éco-autochtone du 'prendre soin'
Quelle base sociale anticapitaliste : progressiste ou prolétarienne ?

Même classe même combat et femmes


Depuis la fin 2018, la grande mobilisation des places amorcée à la fin 2010, particulièrement dans le monde arabo-musulman mais aussi en Europe du Sud et jusqu'en Amérique, est revenu hanter le monde sous la forme d'immenses manifestations récurrentes dans la rue centrées encore dans le même monde arabo-musulman mais aussi ailleurs après un passage à vide aux conséquences parfois terribles et qui durent dans plusieurs pays de la première mobilisation. Cette fois-ci, ces soulèvements se conjuguent, tout en restant en parallèle, avec la grande mobilisation pour le climat centrée sur l'Europe du Nord plus l'Italie et l'Amérique du Nord mais débordant sur le monde entier. Ils se conjuguent aussi avec l'amorce d'une vague de grèves féministes particulièrement en Europe du sud et en Amérique du sud. Ces immenses et résilientes manifestations, surtout aux portes de l'Union européenne, socialement et géographiquement très rassembleuses, interrogent le mouvement climatique capable d'impressionnantes mobilisations spasmodiques et simultanées dans plusieurs pays, soulignant par là son inhérent internationalisme, mais qui bien qu'aiguillonné par la jeunesse scolarisée ne s'enracine pas dans le prolétariat qui dans sa majorité habite loin des centres urbains et de leurs périphéries, et encore moins dans le prolétariat des pays dépendants.


Pour lire le
texte complet :

Quelle base sociale anticapitaliste -- progressistes ou prolétariat


Crise interne au sein de Québec solidaire pour l'élection dans Jean-Talon
La direction du parti impose un candidat de droite à la militance jetable

Mangeons Legault



D'expliquer La Presse dans un article du 23 octobre :

Rififi chez Québec solidaire dans la circonscription de Jean-Talon. Cedrik Verreault, 19 ans, accuse « l’establishment » du parti, Manon Massé au premier chef, de s’ingérer dans le processus d’investiture pour désigner un candidat à l’élection partielle.
« En poussant pour une candidature externe dans une investiture d’ores et déjà contestée par trois militants de la base, le parti désavoue la fameuse démocratie participative inscrite dans la déclaration de principes datant de la fondation de Québec solidaire », dénonce M. Verreault, étudiant en science politique à l’Université Laval et candidat à l’investiture solidaire dans Jean-Talon [et le seul candidat résidant dans le comté. NDLR]
Québec solidaire a annoncé avoir approché (avec succès) Frédéric Poitras, un conseiller du maire de Québec, Régis Labeaume, pour qu’il se présente à l’investiture. Manon Massé elle-même a fait les démarches pour qu’il se présente.
« Une fois que tu approches quelqu’un, tu ne le laisses pas tomber, surtout quand il dit oui », a affirmé à Radio-Canada la cheffe de Québec solidaire, Mme Massé.
« Je dénonce l’ingérence de différentes personnalités en position d’influence à l’intérieur du parti dans le processus d’investiture […]. Ma candidature teste la logique de QS. Le parti cible l’important segment de l’électorat qu’est la jeunesse […], mais doit toujours démontrer que l’implication en politique active de jeunes Québécois est la bienvenue. Les récentes décisions de l’establishment du parti ne vont certainement pas dans ce sens », écrit M. Verreault par voie de communiqué.
En plus de M. Poitras et de M. Verreault, deux autres candidats ont aussi présenté leur candidature à l’investiture solidaire dans Jean-Talon. Une élection partielle devrait être déclenchée au cours des prochaines semaines [elle aura lieu le 2 décembre] afin d’élire la personne qui remplacera le libéral démissionnaire Sébastien Proulx.


Pour lire le
texte complet :

Crise interne au sein de Québec solidaire pour l'élection dans Jean-Talon

Campagne électorale canadienne 2019 dominée par la thématique du racisme
« Nouveau nationalisme » au Québec corrompant de racisme l'anti-fédéralisme

jagmeetsingh.ndpleader.princerupert


Une bonne partie de la militance de gauche du Canada anglais souligne que le racisme a été la thématique majeure de la campagne électorale fédérale. Ce thème a surgi inopinément pour se substituer à la question climatique du début de la campagne avant d'être tassée à la tout fin par la question du vote stratégique pour contrer un gouvernement minoritaire laquelle question n'agit plus cependant comme le repoussoir d'instabilité d'antan. C'est l'opinion d'International Socialist, principal organisation marxiste révolutionnaire du Canada anglais mais aussi de The Leap, l'aile marchante du mouvement écologiste politique du Canada anglais sous la gouverne du couple Noami Klein et Avi Lewis, proche mais critique du NPD.

Pour lire le texte complet :

Élections et racisme


Alliance rouge-verte: Une terre verte de paix et une place pour toutes et tous

Projet de programme sur la mondialisation présenté par le conseil national de l’Alliance rouge-verte / Enhedslisten du Danemark, au congrès annuel du parti, les 5 et 6 octobre [2019]


Alliance rouge-verte Danemark


Présentation :

L'internationalisme conséquent de l'Alliance rouge-verte du Danemark interroge le nationalisme grugeant Québec solidaire
Quand la militance de Québec solidaire veut se référer à des partis de gauche qui lui ressemblent, elle nomme soit la CUP catalane, dont deux députées avaient été invitées au congrès de 2017 du parti, soit La France insoumise dont le chef dit charismatique avait fait parvenir un message vidéo au même congrès faute de ne pas pouvoir venir, soit parfois Podemos, l'alter ego de ce dernier en Espagne. Le premier est un parti indépendantiste anti-capitaliste qui, de son propre aveu autocritique, s'est laissé gagner par le nationalisme lors du référendum catalan de 2017. Les deux autres sont des partis-mouvements en déshérence se réclamant du « populisme de gauche » soit « reconstruire un ''peuple'' uni contre l’oligarchie autour de valeurs progressistes […] autour de la figure du leader [… misant sur] [l]e sentiment national, dont le pouvoir d’agrégation est sans égal sur une vaste échelle... » Ce centrisme cédant à l'opinion publique, toujours fabriquée, a résulté en de sérieux déboires électoraux ce qui a provoqué une « crise de la gauche » imposant un « temps de reconstruction » surtout pour les deux partis cachant leur électoralisme sous leur populisme. Mais presque jamais il n'est question de deux autres partis anticapitalistes, soit l'Alliance rouge-verte du Danemark et le Bloc de gauche du Portugal, qui lors des élections dans leur pays respectif en 2019 ont résisté au vent glacial de la droite réactionnaire anti-immigrant et sexiste malgré de marginaux reculs électoraux.

Pour lire le texte complet :

Projet de programme sur la mondialisation plus présentation


Débat sur la proposition d'Option nationale de « transition vers l'indépendance »
Indépendantisme constitutionnel ou rupture de libération nationale ?


Urgence climatique - Courage politique


Dans une discussion Facebook, un solidaire indépendantiste ayant voté 'oui' lors du référendum de 1995 prône le rejet de la proposition d'Option nationale de « transition vers l'indépendance » lors du prochain congrès de novembre de Québec solidaire. Cette proposition concrétise par onze mesures spécifiques l'ajout au programme Solidaire du passage « … un gouvernement solidaire appliquera les mesures prévues à son programme, qu’elles soient compatibles ou non avec le cadre constitutionnel canadien. ». Ce passage a été ajouté suite à la fusion avec ce petit parti nationaliste de gauche devenu un collectif de Québec solidaire.

Pour lire le texte complet :

Indépendantisme constitutionnel ou rupture de libération nationale