Un Plan de transition de « prendre soin » des gens et de la terre-mère
Un plan de relance à incruster immédiatement dans la lutte pandémique

covid-19 HM distribution nourriture


Le journal La Presse du 10 mai titrait « Le Québec en septième place au monde pour les morts quotidiens »... en chiffres absolus parmi les autres pays et non pas par habitant. La donnée cumulative par habitant est encore moins rassurante. Le 16 mai, le Québec cumulait 41 décès covid-19 par cent mille habitants selon La Presse. Selon The Economist, seulement cinq pays faisaient pire : Belgique (78), Espagne (59), Italie (52), Grande-Bretagne (51), France (42). À noter la Suède (36) qui a opté pour une stratégie d'immunité de masse alors que les autres pays scandinaves sont tous à moins de dix tout comme l'Allemagne. Les ÉU sont à 28 et le Canada sans le Québec à 8. Si on examine la pente non logarithmique de ces courbes (Our World in data), seules celles de la Suède, de la Grande-Bretagne, des ÉU et du Québec (déduite à partir de celle du Canada avec le Québec) sont ascendantes. Pour Montréal-Laval, c'est 110 par 100 000 habitants soit plus de 0,1%.


Pour lire le
texte complet :



Un plan de relance à incruster immédiatement dans la lutte pandémique- nouvel intro


Une réponse urgente au projet de loi 61, relance pour l'industrie de la corruption
Reconstruire le Plan de transition Solidaire à la mode anticapitaliste


Québec - Oui climat Non bitumineux


Le gouvernement de la CAQ présente jusqu'ici un des pires bilans mondiaux de la gestion de la pandémie. Il a tout de même réussi à conserver un fort soutien populaire par sa nationaliste démagogie populiste sur fond de démission des syndicats qui commencent à peine à riposter et d’accommodement Solidaire à sa gestion catastrophique que le parti commence sur le tard et avec hésitation à remettre en question. La CAQ, profitant d'une baisse des ravages de la covid-19 en attendant la probable deuxième vague, contre-attaque avec son mammouth projet de loi 61 au profit de «l'industrie de la corruption» devenu de facto le lamentable nouveau Québec Inc. après les déboires des fleurons de jadis. Il leur déroule le tapis rouge en accélérant les projets connus d'infrastructure tout en supprimant contraintes environnementales, sociales et surtout démocratiques résultant de décennies de luttes sociales au point de vouloir s'octroyer le droit « de changer des lois par décret » et « l'immunité de poursuite ». Il fait de ces (ex-)corrompus les champions de la relance aux dépens des «services essentiels» ré-noyés dans le train-train de la ré-ouverture et promis à une nouvelle austérité anti-dette.


Pour lire le
texte complet :

Reconstruire le Plan de transition Solidaire à la mode anticapitaliste


Le cancer du racisme ronge les Solidaires comme jadis du PQ des beaux jours
Un redressement démocratique pour casser le parti parlementaire

Haine du racisme -- IRIS


La porte-parole Solidaire a publié un article d'opinion dans La Presse sur « Ce que la crise révèle sur les Autochtones ». Après être resté silencieuse à propos de la réouverture des mines situées près des communautés autochtones auxquelles celle-ci s'opposaient, après être resté silencieux à propos de la volonté de ces communautés de contrôler leur déconfinement y compris à Kanesetake où l'entente avec le maire d'Oka n'a pas duré et où il a fallu finalement une mobilisation de blocage pour arriver à une entente, un exemple à promouvoir, la direction de Québec solidaire s'essaie au «damage control» avec un discours sirupeux et ambigu. Cet article ne réclame même pas la fermeture de ces mines rouvertes. Pitoyable.


Pour lire le
texte complet :

Le cancer du racisme ronge les Solidaires comme jadis du PQ des beaux jours


Le déconfinement «rentable» sur fond de peur au ventre de la deuxième vague
Sans affronter le capital financier,
le radicalisme pro-climat est une leurre



covid-19 -- le titanic est en train de couler


Le déconfinement amène sur le tapis deux séries de questions : quand et quelle intensité aura la deuxième vague; quel type de relance étant entendu que le système sera lesté d'un lourd endettement supplémentaire. Pour au moins atténuer la deuxième vague faute de vaccin, le maintien des mesures sanitaires s'imposent. En découle la réduction de la productivité de la force de travail et son corollaire d'augmentation des coûts. Est-ce que ce seront les profits qui encaisseront ou bien une combinaison de réduction des salaires, d'austérité des services publics et d'augmentation des prix ?


Pour lire le
texte complet :

Sans affronter le capital financier, le radicalisme pro-climat est une leurre


Le rêve de l'allocation universelle suscité par la Prestation canadienne d’urgence
À l'image de la rente financière, rente du pauvre abandonné par sa classe


billionnaires


La Prestation canadienne d’urgence (PCU) du gouvernement fédéral (500
$ par semaine pour 16 semaines aux gens au travail ayant perdu leur emploi) a ressuscité le vieux débat sur l'allocation universelle qui pour une partie de la militance de gauche, surtout parmi les plus pauvres, est devenu un fétiche. À la hauteur du PUC, il en coûterait près de 200 milliards $ à la société québécoise soit environ la moitié du revenu national du Québec ou encore environ 1.5 fois le budget du gouvernement du Québec. Par définition, on ne peut pas le réduire en fonction de d'autres types de revenus auxquels il s'additionne. On voit bien qu'il serait superflu aux couches (moyennement) riches. Ce défaut se corrige (partiellement) en n'en faisant un revenu imposable ce qui implique une forte progressivité de l'impôt sur le revenu et un blocage de l'évasion fiscale en particulier des paradis fiscaux. On voit bien aussi qu'il serait une tentation irrésistible pour les employeurs de payer un bas salaire à moins d'être contraint par un salaire minimum décent (15$?, 20$?) et non déjoué par le recours à l'informel.


Pour lire le
texte complet :

Le rêve de l'allocation universelle suscité par la Prestation canadienne d’urgence